Cette vie qui m’est prêtée

où vont toutes les vies rompues
et tous les rêves disparus
où s’en vont les chemins perdus
et cette détresse entrevue
comme une ombre au bout d’une rue
quand meurt l’innocence
dans l’indifférence
où s’en va l’enfance

on est monté sur un bateau
qui de toutes parts prend l’eau
à vouloir posséder la vérité
un jour on va couler
il faudrait bien nous rappeler
que tous les drapeaux sont de trop
avant de nous noyer
d’y laisser notre peau

je lance des cailloux dans l’eau
et je parle avec les oiseaux
malgré la mort et la misère
je trouve encore le monde beau
malgré les amis suicidés
les enfances écartelées
j’aime encore cette terre
et cette vie qui m’est prêtée

où va le silence égaré
sous tant de mots déracinés
notre parole est enlisée
où vont toutes les vies fauchées
et la mémoire des oubliés
dans l’immense nuit
des espoirs trahis
où va la magie

dans l’illusion et le confort
de nos existences incolores
nos yeux restent si bien fermés
que nos cœurs en sont aveuglés
et dans nos décors mensongers
notre sommeil est un tombeau
asservi aux reflets
de miroirs sans écho

j’entends des rires d’océan
très loin des rouages du temps
malgré les ombres et la colère
mon espoir demeure vivant
malgré les forêts saccagées
et les enfances exilées
j’aime encore cette terre
et cette vie qui m’est prêtée

où vont les rêves qu’on détruit
où vont les paumés  les bannis
tous ceux-là que l’on humilie
ceux qu’on balaie sous le tapis
des statistiques du mépris
chiffres charognards
sur un écran noir
où meurt le regard

nous sommes pris dans un étau
qui fait de nous des numéros
à se faire comptabiliser
on finit par être étouffé
il faudrait nous désenchaîner
et rompre les rangs du troupeau
avant d’être écrasés
d’y laisser notre peau

alors je chante avec les loups
avec les arbres et le vent fou
malgré les douleurs et les guerres
mes rêves sont restés debout
malgré les haines insensées
et les enfances foudroyées
j’aime encore cette terre
et cette vie qui m’est prêtée

 

Paroles et musique: © Francine Hamelin (SOCAN)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Textes de chansons. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.