Prends tout

prends tout de ce rêve
qui habite les pierres et le paysage
et cette poignée de terre
où tu feras grandir
les herbes folles du silence
ces mots bleus comme la vie même

prends tout de cette beauté
jusqu’au parfum le plus secret des roses
jusqu’au nom salé d’une île lointaine
où tu danses
avec les esprits tutélaires des jardins
et les arbres de poésie

prends tout de ce souffle profond
montant au faîte des vagues immensément douces
qui traversent la nuit-océan
où tu dors
dans l’innocence première
de l’enfance nue

© Francine Hamelin (Transpercer le ciel)

Publié dans Poésie, Transpercer le ciel | 3 commentaires

Marta Pereira da Costa avec Tara Tiba – Moon

Magnifique… Quand les âmes se rencontrent…

Bonne nuit, bonjour, avec ce moment de bonheur…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Los Aguas Aguas – El Chico Temido

Un groupe de Xalapa au Mexique. Ils sont 11 et ils sont excellents…

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

Leny Escudero – Tu te reconnaitras

De 1963. Toujours beau…

Publié dans Musique | 2 commentaires

Göksel – Kurşuni Renkler

Göksel est une auteure-compositrice-interprète turque. Une découverte pour moi…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Trio Balkanske zice – Hava nagila

Tour de force !

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Annie Lennox – Coloured Bedspread

De l’album Songs of Mass Destruction sorti en 2007.

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Univers aquatiques

Série réalisée en 2005. Parce que la mer est un univers fascinant autant qu’étranger…

 

Corail

Dans le grand bleu

Le voilier dans la mer

Poisson vert

Sirène

Publié dans Arts visuels, Univers aquatiques | 4 commentaires

Chant de louve

et pour l’intime chant de l’âme
tenir ta main
en marchant dans les herbes folles
et t’emmener
jusqu’à la marée montante
des fleurs inattendues
et des forêts secrètes

et puis avec des mots terriens
des mots-racines
des mots-fougères
avec ma voix de louve
et sa rauque douceur
te chanter l’intime de l’âme

nul ne l’entendra que ton cœur
et l’arbre ami et l’oiseau bleu

© Francine Hamelin (Le chemin profond)

Publié dans Le chemin profond, Poésie | 3 commentaires

Matière mémoire

je te dirai les traces légères de nos pas
aux flancs des plus hautes montagnes
où nous avons touché un ciel
débordant d’oiseaux limpides

le vent les effacera au matin
mais les pierres s’en souviendront

je te dirai les poésies incantatoires
que nous avons déposées sur le corps de la terre
comme une offrande au rêve des herbes
au jaillissement des sources vives

le jour les emportera
mais la terre s’en souviendra
et notre matière est mémoire

© Francine Hamelin (Transpercer le ciel)

Publié dans Poésie, Transpercer le ciel | 2 commentaires

Omid Nemati – Sedayem Kon

Omid Nemati est un chanteur et musicien iranien. J’aime beaucoup…

Bonne nuit, bonjour, avec ce voyage ailleurs…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Eleni Vitali – Ena Himoniatiko Proi

Très beau…

Publié dans Musique | 2 commentaires

Pascal Rinaldi – Faut plus qu’on s’ touche

Pascal Rinaldi a fait, en raison du virus, une « version alternative momentanée » de sa chanson Il faut qu’on s’touche. Très bon !

Publié dans Musique | 2 commentaires

Curiosity Killed The Cat – Down To Earth

Excellent…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Prince – Welcome 2 America

Enregistré par Prince au printemps 2010, album posthume donc, qu’il avait mis en archive, et qui sort bientôt. Chanson visionnaire, et mordante, de ce que deviennent les États-Unis… Avec les paroles en anglais et en français…

Welcome
Welcome to America
Where you can fail at your job, get fired, rehired
And get a seven hundred billion dollar tip
Come on in, sit right down
And fill up your pockets, yeah
Mass media, information overload
Welcome to America
(The following message is brought to you by Viacom)
Distracted by the features of the iPhone
(Got an application for each of situation)
In other words, taken by a pretty face
Somebody’s watching you (I see you, I see you)
Welcome to America
Hook up later at the iPad
And we can meet at my place (welcome to America)

Welcome (welcome to America)
To America

Where everything and nothing that Google says is hip
(The sales tax for the following items)
(Will be raised immediately, cigarettes)
We will not raise your taxes
Read our lips

Welcome to America (America)
Welcome to the big show (to America)
Everybody’s looking for something
When there ain’t no place to go (welcome to America)
Except inside America (America)
That’s the only place I know (to America)
Transformation happens deep within, yes or no?
Yes

Welcome to America
One of our greatest exports was a thing called jazz
You think today’s music will last?
(Dismantle all monopolies)
(Dismantle all monopolies)
Welcome to America

Welcome
Hope and change, everything takes forever
And truth is a new minority (truth)
Oh, welcome to America
Welcome to America

Today we’d like to discuss America’s plan to fix the educational system
The pledge of allegiance will now read as follows
I pledge allegiance to the earth of the United States of the Universe
Welcome to America

There is no arguing with the book (when am I gonna learn something new?)
There is no arguing with the book (who’s gonna teach it to me, you?)
There is no arguing with the book (what’s that outside my windowsill)
There is no (could it be?) Arguing (our free will?)

You say yes, I say no, yet love flows

America can provide many opportunities
For the young female who wishes to work (for the state)
For her own advancement up from the underclass to become one

Welcome to America
Go to school to become a celebrity
(F-A-M-O-U-S) but don’t be late
And everybody and they mama got a sex tape

Welcome to America
We snatch bass players, not purses
Keep playing, it gets worse

Land of the free, home of the brave
Oops, I mean
Land of the free, home of the slave
Get down on your knees, hit me

Welcome to America
Welcome to the big show
Everybody’s looking for something
When there ain’t no place to go (that’s it y’all)
Except inside America
That’s the only place I know (Chinese)
Transformation happens deep within, yes or no? (Or get down on your knees)

Prince Rogers Nelson

**********

Bienvenue
Bienvenue en Amérique

Où vous pouvez échouer dans votre travail, être licencié, réembauché
Et obtenir un pourboire de sept cents milliards de dollars
Entrez, asseyez-vous
Et remplis tes poches, ouais
Médias de masse, surcharge d’informations
Bienvenue en Amérique
(Le message suivant vous est apporté par Viacom)
Distrait par les fonctionnalités de l’iPhone
(Vous avez une application pour chacune des situations)
En d’autres termes, pris par un joli visage
Quelqu’un te regarde (je te vois, je te vois)
Bienvenue en Amérique
Connectez-vous plus tard à l’iPad
Et on peut se rencontrer chez moi (bienvenue en Amérique)
Bienvenue (bienvenue en Amérique)
En Amérique

Où tout et rien de ce que Google dit est branché
(La taxe de vente pour les articles suivants)
(sera levé immédiatement, cigarettes)
Nous n’augmenterons pas vos impôts
Lisez sur nos lèvres

Bienvenue en Amérique (Bienvenue en Amérique)
En Amérique
Bienvenue au grand spectacle (en Amérique)
Tout le monde cherche quelque chose
Quand il n’y a nulle part où aller (bienvenue en Amérique)
Sauf à l’intérieur de l’Amérique (Amérique)
C’est le seul endroit que je connais (en Amérique)
La transformation se produit profondément en vous, oui ou non ?
Oui

Bienvenue en Amérique
L’une de nos plus grandes exportations était une chose appelée jazz
Vous pensez que la musique d’aujourd’hui va durer ?
(Démanteler tous les monopoles)
(Démanteler tous les monopoles)
Bienvenue en Amérique

Bienvenue
Espoir et changement, tout prend une éternité
Et la vérité est une nouvelle minorité (la vérité)
Oh, bienvenue en Amérique
Bienvenue en Amérique

Aujourd’hui, nous aimerions discuter du plan américain pour réparer le système éducatif
Le serment d’allégeance se lit désormais comme suit
Je prête allégeance à la terre des États-Unis de l’Univers
Bienvenue en Amérique

Il n’y a pas de discussion avec le livre (quand vais-je apprendre quelque chose de nouveau ?)
Il n’y a pas de discussion avec le livre (qui va me l’apprendre, toi ?)
Il n’y a pas de discussion avec le livre (qu’est-ce que c’est en dehors de mon rebord de fenêtre)
Il n’y a pas (pourrait-il être ?) à discuter (notre libre arbitre ?)

Tu dis oui, je dis non, pourtant l’amour coule
L’Amérique peut offrir de nombreuses opportunités
Pour la jeune femme qui souhaite travailler (pour l’état)
Pour sa propre ascension de la sous-classe pour en devenir une

Bienvenue en Amérique
Aller à l’école pour devenir une célébrité
(F-A-M-O-U-S) mais ne sois pas en retard
Et tout le monde et maman ont un sex tape

Bienvenue en Amérique
Welcome to America

On arrache des bassistes, pas des sacs à main
Continue de jouer, c’est de pire en pire

Terre des libres, patrie des braves
Oups, je veux dire
Terre des libres, patrie des esclaves
Mets-toi à genoux, frappe-moi

Bienvenue en Amérique
Bienvenue au grand spectacle
Tout le monde cherche quelque chose
Quand il n’y a pas d’endroit où aller (c’est tout)
Sauf à l’intérieur de l’Amérique
C’est le seul endroit que je connais (chinois)
La transformation se produit au plus profond de vous, oui ou non ?
(Ou mets-toi à genoux)

Prince Rogers Nelson

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Des oiseaux et des totems 5

Des aquarelles réalisées en 1988-1989. J’avais commencé une série avec des totems de formes géométriques et sans même que je l’aie planifié les formes géométriques ont tranquillement évolué vers les oiseaux et la rondeur.

 

Le Gardien

Lieu de recueillement

Le matin fou d’oiseaux

Terre d’oiseaux

Îles d’ailes

Mandala I – Douces ailes du silence

Mandala II – La danse des oiseaux

Mutation

Mutation, détail 1

Mutation, détail 2

Publié dans Aquarelle, Arts visuels, Des oiseaux et des totems | 2 commentaires

Le chemin profond

envers et contre tout
garder vivant le rêve
qu’il soit de forêt ou de mer
ou celui d’un caillou
qu’il naisse dans nos mains
ou dans la terre qui nous berce
qu’il soit fait de silence
de folle poésie
ou qu’il soit simplement
la mémoire de l’eau
la tendre déraison
l’intemporel instant

envers et contre tout
garder vivant le rêve
qu’il soit d’ailes ou de flamme
ou celui d’une rose
qu’il soit le premier chant de l’âme
et qu’il soit le chemin profond
qu’il soit ce pays doux
au creux de ton épaule
entre les bras de l’arbre
où dorment des oiseaux

© Francine Hamelin (Le chemin profond)

Publié dans Le chemin profond, Poésie | 3 commentaires

À la barre du jour

à la barre du jour j’irai cueillir
des envols de lumière et des rosées perlières
sur les herbes rousses des sentiers cachés
et puis des trilles d’oiseaux indigo
qui ruissellent du ciel aux racines de mémoire
dans les forêts de l’âme nue

pour la suite des rythmes rouges
dans nos veines terriennes
pour que le temps ne soit plus
que cet incommensurable désir
de grandir comme un arbre défiant l’éternité
dans la beauté de l’âme nue

© Francine Hamelin (Transpercer le ciel)

Publié dans Poésie, Transpercer le ciel | 2 commentaires

Carminho – Uma vida noutra vida (Fado Pechincha)

Un fado ensoleillé…

Bonne nuit, bonjour, avec ce moment d’âme…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Marjan Farad – Porteghale Man

J’adore…

Publié dans Musique | 2 commentaires

Amalia Rodriguez – Aïe ! Mourir pour toi

Charles Aznavour version fado… Magnifique…

Publié dans Musique | 2 commentaires

HK – Toi et moi, ma liberté

J’aime beaucoup……

Publié dans Musique | 2 commentaires

Marc Ogeret – Si je venais vers toi

Paroles et musique de Jacques-Emile Deschamps. De l’album Imagine, sorti en 1976. Très beau…

Publié dans Musique | 5 commentaires

Eendo – Naale ye Shabgeer

J’aime vraiment beaucoup…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Des oiseaux et des totems 4

Des aquarelles réalisées en 1988-1989. J’avais commencé une série avec des totems de formes géométriques et sans même que je l’aie planifié les formes géométriques ont tranquillement évolué vers les oiseaux et la rondeur.

 

Les oiseaux à la fenêtre de l’hiver

L’oiseau des songes (les totems rêvent d’avoir des ailes)

Totems du silence vert

Totems d’une saison de neige

Comme une musique d’oiseaux

Totems des sables, oiseau des oasis

 

 

Publié dans Aquarelle, Arts visuels, Des oiseaux et des totems | 4 commentaires

Un œil de ciel

qu’importe le poids de la chair et des os
et le corps qui parfois se courbe
comme un arbre sous le vent
comme la pierre sous l’usure de l’eau

toujours nos enfances sont là
avec leurs histoires d’oiseaux
avec leurs fous rires
comme ricochets
à la surface d’un lac
tout bleu comme un œil de ciel
avec leurs regards qui s’étonnent sans cesse
des plus infimes merveilles
des plus lointaines étoiles
et des plus vastes paysages

elles ouvrent en nous
les jardins intègres de l’âme
où le temps n’est jamais entré

© Francine Hamelin (La maison des oiseaux)

Publié dans La maison des oiseaux, Poésie | 2 commentaires

Dans l’argile

dans l’argile bleue des jours
j’ai sculpté le profil lumineux
d’une enfance survivante des orages
et détentrice du chant primordial de l’âme
sculpté la courbe de son épaule
où se posent des oiseaux libres
et les soupirs légers des arbres

dans l’argile bleue des jours
j’ai sculpté la poésie d’une enfance
entêtée à préserver la beauté des roses
et le jardin secret des mots
et dans les paumes de mes mains
elle a posé des pierres  des rires
des forêts et des lacs et des îles

et la mer
le sel des larmes de joie

© Francine Hamelin (Transpercer le ciel)

Publié dans Poésie, Transpercer le ciel | 2 commentaires

Mísia – O Manto da Rainha

Superbe…

Bonne nuit, bonjour, avec l’âme nécessaire…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Passage Klezmer – Tumbalalaïka

Toujours adoré cette musique…

Publié dans Musique | 2 commentaires

Le voyageur – Avec la poésie et la voix de Barbara Auzou

Un immense merci, Barbara, pour tes mots qui expriment si magnifiquement l’essence même de ce voyageur de pierre, et pour lui donner avoir donné ta belle voix si particulière. J’en suis très profondément émue et touchée. 

Barbara Auzou, c’est ici.

https://lireditelle.wordpress.com/2021/07/24/le-voyageur-sculpture-de-francine-hamelin-accompagnee-de-mon-poeme-et-de-sa-mise-en-voix/

 

partir

avec sa secrète escorte d’absence

et l’illusion qu’ailleurs on sera soi

frapper les routes en tous sens

s’ouvrir les bras

laisser les vents manger dans nos mains

les méridiens et puis nos doutes

se faire une patrie

fédérer des rotations

de clairières en éclaircies

d’herbes sincères en rivages houleux

s’ouvrir les yeux et les oreilles

devenir

pur foyer de perception

cercle de l’horizon dont il serait vain

de tenter le récit chronologique

d’un coeur sans doublure jouir de la douce musique

suivre à la trace

la beauté dure qui manque trop de tempérance

pour souffrir les noms qu’on voudrait lui donner

en prendre congé

comme on se retire dans le rêve bleu d’une orange

avec le sentiment d’une unité déjà plus vaste

puis découvrir

le refuge étrange d’une friche ou d’un silence

l’âme dans le dépouillement de sa facture

et simple passant dans la marche du vivant

doucement glisser de l’altérité à l’identité

 

Barbara Auzou.

Publié dans Poésie, Sculptures | 21 commentaires

R.I.P. Michèle Lalonde – Speak White

C’est avec un pincement au coeur que j’ai appris le décès de Michèle Lalonde, grande écrivaine québécoise qui a toujours défendu notre langue avec force et conviction.

Speak White («parlez blanc») est d’abord et avant tout une injonction raciste empruntée aux esclavagistes du sud des USA, lancée par les Canadiens anglophones à celles et ceux qui parlaient français en public. Une manière de dire aux esclaves qu’ils doivent parler la langue du maître. C’est la source d’inspiration de ce poème emblématique de Michèle Lalonde, écrit en octobre 1968.

Si la situation politique a changé, notre langue est encore menacée, nous ne sommes que quelques millions au milieu d’un océan anglophone. Une bonne partie du ROC (Rest of Canada) méprise toujours le Québec et les francophones. Lors du référendum de 1980 sur l’indépendance du Québec, des anglophones étaient venus par milliers nous professer leur «amour». Aujourd’hui ils nous détestent et déversent leur fiel sur le Québec, parce que nous avons refusé un pipeline pour le pétrole sale des sables bitumineux, et parce qu’ils n’ont toujours pas réussi à nous assimiler.

Publié dans Poésie | 7 commentaires

Laurence St-Martin – Filles des îles

Sympa !

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Les Cowboys Fringants – Tant qu’on aura de l’amour

Joyeux…!

Publié dans Musique | 6 commentaires

Des oiseaux et des totems 3

Des aquarelles réalisées en 1988-1989. J’avais commencé une série avec des totems de formes géométriques et sans même que je l’aie planifié les formes géométriques ont tranquillement évolué vers les oiseaux et la rondeur.

 

Chant suspendu des oiseaux immobiles

Totem des oiseaux de l’aurore

Les oiseaux crépusculaires

L’oiseau des solitudes

L’envol hors les murs

Saison de renaissance

Publié dans Aquarelle, Arts visuels, Des oiseaux et des totems | Laisser un commentaire

Tombent les murs

dans les failles des murs
dans les fissures des sabliers
poussent des arbres et des silences
et des oasis d’éternité
grandissent des rêves et des roses
et dans la vérité simple des racines et de l’âme
un pays pour l’enfance
un pays pour l’amour
et pour les oiseaux de nos mains
une forêt peuplée de sources
sous un ciel couleur de lumière

© Francine Hamelin (La maison des oiseaux)

Publié dans La maison des oiseaux, Poésie | 2 commentaires

Terre que j’aime

ma terre d’automne
rousse comme les moissons ardentes
comme les feuilles de hêtre
qui résistent à l’hiver
et comme les sentiers secrets
d’une enfance rebelle

ma terre de poésie
où l’essentiel est un chant d’âme bleue
comme des morceaux de ciel
tombés dans l’encrier des mots
comme les îles éternelles
et leur profonde voix de pierre et d’eau

ma terre que j’aime
entre la danse des lucioles
et les yeux des phares lointains
ce pays de nos rêves qui façonnent
les racines de l’aurore et le feu de la nuit
en une joyeuse démesure

© Francine Hamelin (Transpercer le ciel)

Publié dans Poésie, Transpercer le ciel | 7 commentaires

Loreena McKennitt – Penelope’s Song

Merveilleux…

Bonne nuit, bonjour, avec ce moment de bonheur…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Linda Leonardo – Na boca de toda a gente

De l’album Mistério de Fado. Très beau…

Publié dans Musique | 2 commentaires

Les déesses de mon enfance

Il y a 4 ans aujourd’hui, ma maman s’en est allée. Heureusement sans avoir eu à vivre le Covid-19. J’ai eu cette chance d’avoir une mère extraordinaire, une femme autonome, ouverte et profondément humaine, bien en avance sur son époque. Qui m’a encouragée très jeune à lire, à découvrir, à être moi-même.

Et j’ai eu aussi une grand-mère magnifique, elle aussi en avance sur son époque, une femme qui avait un amour profond de la Terre, qu’elle m’a transmis. (Et qui, un mois avant sa mort, lisait «La vieillesse» de Simone de Beauvoir…!)

Et entre ces deux merveilleuses déesses, j’ai eu une très belle enfance. Et leur force de caractère, leur intégrité de cœur et leur amour m’ont permis d’emprunter ma propre voie.

Avec Lauren Bélec à la guitare acoustique et Gabi Macaluso à l’accordéon.

enfance ma valse lente
dans les forêts du temps
je vous ai dansée doucement
et vous m’avez tourné la tête
enfance mon ivresse
j’ai bu votre saison
comme une eau de lumière
comme une source folle

et ma grand-mère   grande déesse
dans les jardins du jour levant
m’apprenait la chanson du vent
le nom des fleurs et la sagesse
et l’amour de la terre
et la beauté de toute vie
dans le respect de l’univers
dans l’harmonie et la magie
si je ne crains pas de vieillir
c’est à cause de son sourire
et dans le silence des nuits
je me souviens toujours
de sa tendresse

enfance sauvagesse
qui savez parler aux oiseaux
de vous j’ai connu le langage
des pierres   des herbes   des ruisseaux
j’avais rendez-vous dans l’aurore
avec mes frères les bouleaux
j’avais des cailloux pour trésor
et des nuages pour château

et ma grand-mère   grande déesse
prenait ma main et m’emmenait
voyager parmi les secrets
de cette terre qu’elle aimait
me disait que le temps
n’est jamais ce qu’on pense
me disait que la mort
n’est qu’un pas de la danse
et que toutes les saisons
toujours nous recommencent
des racines au soleil
des feuillages aux fruits
de l’arbre à l’infini

enfance casse-cou
qui avez déployé vos ailes
sur les chemins des rêves fous
l’aventure des forêts si belles
de vous mon âme aura appris
à garder le goût des merveilles
à rester sans cesse rebelle
à vouloir défaire la nuit

et ma mère consolait mes peines
soignait mes genoux écorchés
et tout au long de mes semaines
était toujours là pour m’aimer
elle m’a appris à écouter
la voix de l’âme sous les mots
et la musique et le silence
qui n’ont jamais besoin de drapeaux
à ne pas vivre d’apparences
car le cœur n’est jamais de trop
et cet amour qui nous lie
reste encore aujourd’hui
mon immense richesse

et c’est ainsi que j’ai grandi
entre les femmes de ma vie
belles sorcières   grandes déesses
dont l’esprit m’a donné pays
enfance douce magicienne
je garde votre poésie
comme un feu profond dans mes veines
vous embrasez toute ma vie

enfance ma valse lente
dans les forêts du temps
je vous ai dansée doucement
et vous m’avez tourné la tête
enfance mon ivresse
j’ai bu votre saison
comme une eau de lumière
comme une source folle

Paroles et musique :©  Francine Hamelin (SOCAN) (tiré de l’album L’envers des jours)

Publié dans Mes chansons, Textes de chansons | 25 commentaires

Angélique Ionatos – Mes soeurs sorcières

De l’album Reste la lumière, sorti en 2015. Splendeur…

Publié dans Musique | 2 commentaires