KROY – River

KROY (Camille Poliquin) est une moitié du duo québécois Milk and Bone. De l’album Scavenger, sorti en 2016.

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Béa Tristan – La vague qui divague

Je viens de découvrir Béa Tristan. Une très belle chanson de 1968.

Publié dans Musique | 2 commentaires

Gilbert Bécaud – Nathalie

Chanson souvenir de 1964.

Publié dans Musique | 1 commentaire

My Brightest Diamond – Ceci est ma main

Une de mes chanteuses préférées, My Brightest Diamond (Shara Nova), auteure-compositrice-interprète, multi-instrumentiste à l’immense talent. Une chanson puissante.

Ceci est ma main, ceci est mon poignet.
Ceci est mon bras, ceci est mon poing.
Comme une vigne entortillée, s’enveloppe et s’entrelace

Ceci est mon visage, ceci est ma bouche.
Ceci est mon œil, ceci est mon sourcil.
Comme le vin de lilas, se déversant de toi, pour toi.

Ceci est ma forme, ceci est mon moule.
Ceci est mon âge, ceci est ma charpente.
Ceci est mon esprit, ceci est ma voix.
Ceci est mon coeur, ceci est mon choix.

Ceci est ma cuisse, ceci est mon sexe.
Ceci est ma hanche, ceci est mon sein.
Ceci est mon ombre, ceci est ma haine.
Ceci est ma ligne, ceci est mon doute.

Ma mélancolie, ma flamme, ma joie, mon but d’aimer, aimer, aimer…

Ceci est ma forme, ceci est mon moule.
Ceci est mon âge, ceci est ma charpente.
Ceci est mon esprit, ceci est ma voix.
Ceci est mon coeur, ceci est mon choix.

Ceci est mon temps, ceci est mon souffle.
Ceci est ma droite, ceci est ma gauche.
Ceci est mon ombre, ceci est ma haine.
Ceci est ma ligne, ceci est mon doute.

Ma mélancolie, ma flamme, ma joie, mon but d’aimer, aimer, aimer…

Shara Nova

Publié dans Musique | 2 commentaires

Totem des oiseaux du crépuscule

Aquarelle

 

Publié dans Arts visuels | Laisser un commentaire

Tourmaline et ardoise

être chant et naissance du chant
voix de louve  voix de pierres
qui montent jusqu’à l’apogée du rêve
sous un ciel illuminé de turquoise

être de mots enroulés à l’arbre
dans la forêt des possibles
écrire le corps mystique de la terre
voix de tourmaline  voix d’ardoise
être chant et naissance du chant

là où tout défie les distances
où rien ne retient ni n’emprisonne
et dans l’ondoiement des herbes sous le vent
être la respiration profonde des racines
et l’envol des oiseaux-poèmes

© Francine Hamelin (Transpercer le ciel)

Publié dans Poésie, Transpercer le ciel | 2 commentaires

Givre

Premières neiges aujourd’hui…

le temps prend doucement langage de ses presque-neiges
j’ai repeuplé d’eau et de bois
mes pays longs comme lichens
avec l’étoile et la toundra
avec le vent   avec l’aurore

j’ai rassemblé les vastes solitudes
dans la main du rêve
ô mes pays d’outardes
au chant irisé du givre

© Francine Hamelin (Pour dire mon pays et ceux qui l’habitent)

Publié dans Poésie, Pour dire mon pays et ceux qui l'habitent | 2 commentaires

Custódio Castelo – Tudo isto é fado

Custódio Castelo interprète une musique de Frederico Carvalho. J’adore le fado, cette musique entre mélancolie et joie…  

Bonne nuit, bonjour, avec le bonheur de la musique…

Publié dans Musique | 2 commentaires

Les chats rigolos 6

Images trouvées sur la toile.

 

Ce sont MES melons! Pas touche!

Panique identitaire……

Comme à Rio…

L’homme et son maître se ressemblent…

Rock’n’roll, baby!

Maître perroquet sur un chat perché…

Publié dans Un peu de tout | Laisser un commentaire

Jean Ferrat – La femme est l’avenir de l’homme

Superbe chanson. De 1975.

Le poète a toujours raison
Qui voit plus haut que l’horizon
Et le futur est son royaume
Face à notre génération
Je déclare avec Aragon
La femme est l’avenir de l’homme.

Entre l’ancien et le nouveau
Votre lutte, à tous les niveaux
De la nôtre est indivisible
Dans les hommes qui font les lois
Si les uns chantent par ma voix
D’autres décrètent par la bible

Le poète a toujours raison
Qui détruit l’ancienne oraison
L’image d’Eve et de la pomme
Face aux vieilles malédictions
Je déclare avec Aragon
La femme est l’avenir de l’homme

Pour accoucher sans la souffrance
Pour le contrôle des naissances
Il a fallu des millénaires
Si nous sortons du moyen âge
Vos siècles d’infini servage
Pèsent encore lourd sur la terre

Le poète a toujours raison
Qui annonce la floraison
D’autres amours en son royaume
Remet à l’endroit la chanson
Et déclare avec Aragon
La femme est l’avenir de l’homme

Il faudra réapprendre à vivre
Ensemble écrire un nouveau livre
Redécouvrir tous les possibles
Chaque chose enfin partagée
Tout dans le couple va changer
D’une manière irréversible

Le poète a toujours raison
Qui voit plus haut que l’horizon
Et le futur est son royaume
Face aux autres générations
Je déclare avec Aragon
La femme est l’avenir de l’homme

Jean Ferrat

Publié dans Musique | 6 commentaires

Édith Piaf – Mon manège à moi

Un classique! De 1958.

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Jean Ferrat – Ma môme

Enregistrée par Jean Ferrat en 1961, une chanson de Pierre Frachet.

Ma môme, ell’ joue pas les starlettes
Ell’ met pas des lunettes
De soleil
Ell’ pos’ pas pour les magazines
Ell’ travaille en usine
À Créteil

Dans une banlieue surpeuplée
On habite un meublé
Elle et moi
La fenêtre n’a qu’un carreau
Qui donne sur l’entrepôt
Et les toits

On va pas à Saint-Paul-de-Vence
On pass’ tout’s nos vacances
À Saint-Ouen
Comme famille on n’a qu’une marraine
Quelque part en Lorraine
Et c’est loin

Mais ma môme elle a vingt-cinq berges
Et j’crois bien qu’la Saint’Vierge
Des églises
N’a pas plus d’amour dans les yeux
Et ne sourit pas mieux
Quoi qu’on dise

L’été quand la vill’ s’ensommeille
Chez nous y a du soleil
Qui s’attarde
Je pose ma tête sur ses reins
Je prends douc’ment sa main
Et j’la garde

On s’dit toutes les choses qui nous viennent
C’est beau comm’ du Verlaine
On dirait
On regarde tomber le jour
Et puis on fait l’amour
En secret

Ma môme, ell’ joue pas les starlettes
Ell’ met pas des lunettes
De soleil
Ell’ pos’ pas pour les magazines
Ell’ travaille en usine
À Créteil

Pierre Frachet

Publié dans Musique | 2 commentaires

Les ailes de la musique

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Présence

il y eut un silence

il y eut des enfances attentives

il y eut des enfances qui se firent musique
archet sur les cordes quantiques
de l’inattendu

dans les alchimiques métamorphoses
d’un paysage d’âme et de matière
où les pierres prennent voix
où la poésie transmue le corps
où le rêve unit les chemins du temps

il y eut un silence

il y eut une respiration

et la source pure des chants de présence

© Francine Hamelin (Transpercer le ciel)

Publié dans Poésie, Transpercer le ciel | 2 commentaires

À la racine du coeur

 

à la racine même du coeur
il y a le cristal des aubes
et l’immense étincelle
des mondes en genèse

je sais
je sais
nul n’est à l’abri des tempêtes
je sais l’argile du temps qui va
et nos corps dépouillés d’artifices
devant les sabliers qui coulent inexorables
et la difficile parole humaine
cherchant à se désenliser
des dunes de l’oubli

mais je sais aussi ce matin
comme un navire de haut-bord
perçant les brouillards nocturnes

et comme un chemin d’étoiles
et de soleils inaltérables
la nudité du jour incendie
tous les horizons de ma mémoire

 

© Francine Hamelin (L’argile et la flamme)

Publié dans L'argile et la flamme, Poésie | 2 commentaires

Shigeru Umebayashi – George’s Waltz (II)

De la trame sonore du film A Single Man de Tom Ford.

Bonne nuit, bonjour, où que vous soyez…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Pomme – On brûlera

Magnifique chanson de Pomme.

On brûlera toutes les deux
En enfer, mon ange
J’ai prévu nos adieux
À la Terre, mon ange
Et je veux partir avec toi
Je veux mourir dans tes bras

Que la mer nous mange le corps, ah
Que le sel nous lave le cœur, ah
Je t’aimerai encore
Je t’aimerai encore
Oh, je t’aimerai encore
Je t’aimerai encore

Je m’excuse auprès des dieux
De ma mère et ses louanges
Je sais toutes les prières
Tous les vœux
Pour que ça change
Mais je veux partir avec toi
Je veux mourir dans tes bras

Que la mer nous mange le corps, ah
Que le sel nous lave le cœur, ah
Je t’aimerai encore
Je t’aimerai encore
Oh, je t’aimerai encore
Je t’aimerai encore

On brûlera toutes les deux
En enfer, mon ange
Tu peux écrire tes adieux
À la Terre, mon ange
Car je veux partir avec toi
Je veux mourir dans tes bras

Si la mer nous mange le corps, ah
Si le sel nous pique le cœur, ah
Je t’aimerai encore
Je t’aimerai encore
Oh, je t’aimerai encore
Je t’aimerai encore

Pomme

Publié dans Musique | 6 commentaires

Barbra Streisand – Woman in Love

Quelle voix! De 1980.

Publié dans Musique | 3 commentaires

Little Peggy March – I Will Follow Him

Chanson-souvenir de 1963.

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Francis Cabrel – La fille qui m’accompagne

De l’album Quelqu’un de l’intérieur, sorti en 1983.

Elle parle comme l’eau des fontaines
Comme les matins sur la montagne
Elle a les yeux presque aussi clairs
Que les murs blancs du fond de l’Espagne

Le bleu nuit de ses rêves m’attire
Même si elle connaît les mots qui déchirent
J’ai promis de ne jamais mentir
À la fille qui m’accompagne

Au fond de son jeux de miroirs
Elle a emprisonné mon image
Et même quand je suis loin le soir
Elle pose ses mains sur mon visage

J’ai brûlé tous mes vieux souvenirs
Depuis qu’elle a mon cœur en point de mire
Et je garde mes nouvelles images
Pour la fille avec qui je voyage

On s’est juré les mots des enfants modèles
On se tiendra toujours loin des tourbillons géants
Elle prendra jamais mon cœur pour un hôtel
Je dirai les mots qu’elle attend

Elle sait les îles auxquelles je pense
Et l’autre moitié de mes secrets
Je sais qu’une autre nuit s’avance
Lorsque j’entends glisser ses colliers

Un jour je bâtirai un empire
Avec tous nos instants de plaisirs
Pour que plus jamais rien ne m’éloigne
De la fille qui m’accompagne

On s’est juré les mots des enfants modèles
On se tiendra toujours loin des tourbillons géants
Je prendrai jamais son cœur pour un hôtel
Elle dira les mots que j’attends

Elle sait les îles auxquelles je pense
Et l’autre moitié de mes délires
Elle sait déjà qu’entre elle et moi
Plus y a d’espace et moins je respire

Francis Cabrel

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Véronique Pestel – Les mains

Superbe chanson et superbe texte. De l’album L’appeau des mots, sorti en 1997.

Y a la main toute molle
Qu’on n’aime pas serrer
Y a la main qui console
Que l’on voudrait garder
Y a la main qui frissonne
Sous le plaisir donné
Celle qui s’abandonne
Aux lèvres retrouvées

Y a pas de mains expertes
Qui ne se trompent un jour
Y a pas de mains offertes
Qui ne vaillent un détour
Y a pas de main promise
Qui ne fasse faux bond
Y a pas de main remise
À plus tard, c’est trop long

Toutes ces mains fermées qui
Espèrent s’ouvrir
Toutes ces mains données
Qui ont peur de souffrir
Et ces mains qui se tiennent
Sans se mordre les doigts
Comme ta main sur la mienne
Qui ne se cache pas

Comme un pont vers les corps
Qui vont se rencontrer
Alors qu’ils n’osent encore
Elles viennent les chercher
Eles brisent la distance
Elles nous disent des doigts
Un « je t’aime » en silence
Que l’on n’entendait pas

Elles devancent les mots
Quand ils sont inutiles
Les mains se jettent à l’eau
Quand c’est trop difficile
Quand de parler, on tremble
Si on risque sa main
On peut faire, il me semble,
Tout autant de chemin

Toutes ces mains fermées
Qui espèrent s’ouvrir
Toutes ces mains données
Qui ont peur de souffrir
Et ces mains qui se tiennent
Sans se mordre les doigts
Comme ta main sur la mienne
Qui ne me blesse pas

Pour peu que l’on s’acharne
À la garder pour soi
Elle vous laisse des larmes
En vous quittant des doigts
Une main, ça se donne
Parfois, ça se reprend
La main n’est à personne
Qu’à celui qui la tend

On ne gagne jamais
A forcer une main
On s’en persuade mais
C’est saisir le chagrin
Une main retenue
Casse comme du bois sec
Une main revenue
C’est toute la sève avec

Toutes ces mains fermées
Qui espèrent s’ouvrir
Toutes ces mains données
Qui ont peur de souffrir
Et ces mains qui se tiennent
Sans se mordre les doigts
Comme ta main sur la mienne
Qui ne me quitte pas

Véronique Pestel

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

La ville engloutie

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Racines

tu me donnes une parole claire comme une aile d’oiseau
qui parle avec les vents des quatre directions
avec les paysages innombrables et les infinis possibles
tu me donnes un pays d’orangers et de roses
et les légendes pourpres des hautes collines orientales
où s’étire un soleil de patiente ferveur

tu m’enracines dans le corps de la terre nue
et dans l’enfance de l’âme inaltérable
et j’écris ton nom sur tous les continents de mon amour

© Francine Hamelin (Transpercer le ciel)

Publié dans Poésie, Transpercer le ciel | 2 commentaires

Les cathédrales englouties

le jour est venu jusqu’ici
avec ses grands silences d’or

le long soleil des anémones
brûle dans les cathédrales englouties
parmi les splendeurs sous-marines
des vitraux et des pierres vertes

un arbre d’eau et de lumière
a poussé comme une prière
sous les regards éternels
des statues aux yeux de corail

ici passe le temps perdu
sur les ailes souples et fluides
d’un rêve enivré d’infini

© Francine Hamelin (Filigranes)

Publié dans Filigranes, Poésie | 2 commentaires

Ofra Harnoy – Yesterday

La chanson des Beatles, réinterprétée par la violoncelliste Ofra Harnoy et le Orford String Quartet.

Bonne nuit, bonjour, avec ce moment de bonheur…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Les chats rigolos 5

Images trouvées sur la toile.

 

Mode automne 2020

Le chat est roi!

J’ai faim!

Peut-être qu’en m’étirant un peu plus…

Ben quoi! La machine à laver a bouffé mes bas!

Fétichiste!

Publié dans Un peu de tout | 3 commentaires

Richard Cocciante – Pour elle

De l’album Empreinte, sorti en 1993.

Je ferai l’été en novembre
J’la réchaufferai pour pas qu’elle tremble
J’inventerai les mots du silence
J’lui f’rai du bleu sur des mots tendres
J’apprendrai à vivre autrement
À sa façon et loin des gens
J’irai chercher l’inaccessible
L’infiniment sentimental

Pour elle…

J’irai au plus profond des rêves
Qu’elle fait lorsqu’elle est endormie
Chercher ce que jamais ses lèvres
N’oseront dire à ses envies
J’arracherai les habitudes
Et les moments qui font douter
Pour détruire les incertitudes
Sans se parler

Pour elle…

J’irai au bord de l’invisible
Où l’amour tient en équilibre
Pour elle j’oublierai qui je suis
J’écouterai tout c’que son coeur dit
J’irai voler l’indispensable
L’extrême sentiment d’aimer
Je jetterai tout de mon passé
Pour faire de nous mon avenir
Peut-être simplement pour s’aimer
Peut-être pour ne jamais mourir

Pour elle…

J’arrêterai le temps qui passe
Pour que plus jamais on n’oublie
Les caresses qui souvent s’effacent
Ou qui s’enfuient

Pour elle…

Richard Cocciante

Publié dans Musique | 2 commentaires

Françoise Hardy – Moi vouloir toi

Paroles de Françoise Hardy, musique de Louis Chedid. De 1984.

pour décoller d’la planète
y a des plans plus ou moins nets
comme les piqûres en cachette
l’alcool et les cigarettes
y a des pilules, des tablettes,
des salades sans vinaigrette
moi je suis toujours à la fête
j’ai toi

pour décoller d’la planète
et s’envoler à perpète
j’ai la meilleure des recettes
moi vouloir toi

moi vouloir toi
de haut en bas
de bas en haut
sans bas ni haut
sans haut ni bas

moi vouloir toi
pour décoller d’la planète
autrement qu’en superjet
qu’en soucoupe ou en navette
en yogi ou en ascète
pour perdre carrément la tête
sans presser sur une gâchette
exclusif, je regrette
moi vouloir toi

moi vouloir toi
de haut en bas
de bas en haut
sans bas ni haut
sans haut ni bas
moi vouloir toi

Françoise Hardy

Publié dans Musique | 2 commentaires

Francis Cabrel – Depuis toujours

De l’album Hors-saison, sorti en 1999.

Je t’aime depuis toujours
Et je viens seulement te dire
Je t’aime pour longtemps encore

Tes mots de velours
Ta peau jusqu’à en éblouir
Tes yeux de chercheur d’or

Tout’ ces nuits d’hiver
Ces longues, longues journées de pluie
J’en entends parler chez les autres
Moi, quel que soit le ciel
T’es mon éternelle éclaircie depuis toujours
Et je viens seulement te dire
Pour longtemps encore

Le monde autour
N’est rien qu’un brumeux souvenir
Rien qu’un lointain décor

Comme sur ces horloges
J’ai les mêmes aiguilles, jour et nuit
S’en retournent l’une vers l’autre
Moi comme tu vois
Je retourne vers celle que j’aime depuis toujours
Pour seulement lui dire
Pour longtemps encore

Même au bout du monde
C’est le même ciel, le même lit
La même chaleur qui m’entoure
Les mêmes parfums
Ceux qui enveloppent mes nuits depuis toujours
Et je viens seulement te dire
Pour longtemps encore
J’retourne vers celle que j’aime
Depuis toujours

J’retourne vers celle que j’aime
Depuis toujours
Depuis toujours
Toujours
Toujours
Toujours
Toujours

Francis Cabrel

Publié dans Musique | 2 commentaires

La vallée

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Tissées serrées

chacun de nos gestes rêve
chacun de nos silences est un mot
plus vaste que mille océans

et sur les chemins d’un voyage
où nos âmes sont tissées serrées
la merveille est si grande
que tous les paysages
s’attardent à nos mains

les moissons ont gardé le secret des racines
le langage du cœur dépasse les épis

© Francine Hamelin (Transpercer le ciel)

Publié dans Poésie, Transpercer le ciel | 4 commentaires

Accueil

 

j’accueille les saisons entre mes bras tendus
et le monde très beau habité de patience

sur la chaleur du sable j’inscris chaque visage
j’écris chaque journée que l’eau effacera

le temps caresse chaque rêve
je nomme le pays des arbres
et la très grande fidélité de l’aube
et la tendresse quotidienne

je meurs de chaque tremblement
je suis l’oiseau perdu de neige
et dans la magie de la terre
je renais de chaque semaine

 

© Francine Hamelin (Comme aux jours de lumière)

Publié dans Comme aux jours de lumière, Poésie | 5 commentaires

Ernest Bloch – Prayer

Extrait de From Jewish Life. Interprété par Łukasz Frant au violoncelle et Joanna Galon au piano.

Bonne nuit, bonjour, sur notre planète en peu moins bleue…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Chubby Checker et California Jubilee – Let’s Twist Again

Un classique du twist! Avec les danseursSteve et Chassie du California Jubilee Twist Team.

Publié dans Musique | 2 commentaires

Larkin Poe – Fly Away

Groupe de folk-rock bluegrass américain. De l’album Kindred Spirits, qui va sortir en novembre.

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Joe Dassin – Et si tu n’existais pas

De l’album Le costume blanc, sorti en 1975. Paroles de Pierre Delanoë et Claude Lemesle, musique de Salvatore Cutugno et Pasquale Losito.

Et si tu n’existais pas
Dis-moi pourquoi j’existerais?
Pour traîner dans un monde sans toi
Sans espoir et sans regret
Et si tu n’existais pas
J’essayerai d’inventer l’amour
Comme un peintre qui voit sous ses doigts
Naître les couleurs du jour
Et qui n’en revient pas

Et si tu n’existais pas
Dis-moi pour qui j’existerais?
Des passantes endormies dans mes bras
Que je n’aimerais jamais
Et si tu n’existais pas
Je ne serais qu’un point de plus
Dans ce monde qui vient et qui va
Je me sentirais perdu
J’aurais besoin de toi

Et si tu n’existais pas
Dis-moi comment j’existerais?
Je pourrais faire semblant d’être moi
Mais je ne serais pas vrai
Et si tu n’existais pas
Je crois que je l’aurais trouvé
Le secret de la vie, le pourquoi
Simplement pour te créer
Et pour te regarder

Et si tu n’existais pas
Dis-moi pourquoi j’existerais?
Pour traîner dans un monde sans toi
Sans espoir et sans regret

Et si tu n’existais pas
J’essayerai d’inventer l’amour
Comme un peintre qui voit sous ses doigts
Naître les couleurs du jour
Et qui n’en revient pas

Pierre Delanoë, Claude Lemesle

Publié dans Musique | 5 commentaires

Sandrine Kiberlain – Je t’offre

De l’album Coupés bien nets et bien carrés, sorti en 2007. Paroles de Sandrine Kiberlain, musique d’Alain Souchon.

Je t’offre
Des bouquets d’fleurs en laine
Des rideaux en papier
Des lustres en porcelaine
Un diamant en osier

Je t’offre
Tout le vent
Le soleil à manger
Et la Terre en argent
Et tout le monde entier

Je t’offre
Le printemps
L’hiver
L’automne
L’été

Je t’offre
Tous les temps
Des secondes
Des années

Je t’offre
Des nuits longues
Longues à se caresser
Des baisers à la demande
Que tu peux commander

Je t’offre
Mes deux bras
Mes jambes
Mon corps entier

Je t’offre
Tout de moi
Tout de la tête aux pieds

Je t’offre
Des petits riens
Des choses bêtes à pleurer

Je t’offre
La Joconde
Rien qu’pour les embêter

Je t’offre
Des matins
Longs à se regarder
Tous mes après-midi
Je vais te les donner

Je t’offre la réponse
À toutes les questions
Des virgules et des points
Et des exclamations

Je t’offre
Tout c’que j’trouve
Des cailloux et de l’eau
Du papier, des crayons
Pour te faire un bateau

Je t’offre
Ton enfance
À revivre quand tu veux

Je t’offre
Ma dernière danse
Pour quand on sera vieux

Sandrine Kiberlain

Publié dans Musique | 2 commentaires

Envol du matin

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

L’évidence des roses

dans les sillons de ta main
j’ai déposé
quelques voyages
et des chansons venues d’ailleurs
comme un air de fado qui aurait traversé le ciel

dans les sillons de ta main
j’ai déposé
des rires d’arbres et d’enfance
un peu de l’onde douce des fontaines
au creux des jardins cuivrés du matin

dans les sillons de ta main
j’ai déposé
quelques atomes d’éternité
ce temps du rêve qui nous lie
à la belle évidence des roses

© Francine Hamelin (Transpercer le ciel)

Publié dans Poésie, Transpercer le ciel | 2 commentaires

Le temps

voilà que toute chose passe
un arbre rêve et reste là
à regarder le paysage
qui vit dans les yeux des enfants
un oiseau chante au creux de l’arbre
et l’espace habite le temps

voilà que toute chose passe
voilà qu’un arbre reste là
et voilà que tout changera

 

© Francine Hamelin (Filigranes)

Publié dans Filigranes, Poésie | 2 commentaires