La route

prendre une route couleur de feuilles
couleur d’oiseaux
au bout des saisons éclatées
et suivre à pas de loup
ce ruisseau étonné de se rendre jusqu’à la mer
jusqu’à la proue des navires en partance
vers un ailleurs qui vagabonde

pays mouvants où le temps se retire
dans le secret des pierres
qui rêvent les fluides visages
des enfances et des blés sous le vent

prendre un chemin d’ailes baroques
et de musiques bleues
et de silence qui chante
parcourir les espaces insoumis
et les forêts qui tiennent parole

et écouter

sur le chemin du voyage
couleur de feuilles
sur la route qui va toujours plus loin
couleur d’oiseaux

 

© Francine Hamelin (tiré de Chants d’un siècle passager)

Publié dans Chants d'un siècle passager, Poésie | 2 commentaires

Chopin – Nocturne en mi bémol mineur op.9 No.2

Pour les allumeurs de réverbères… Vadim Chaimovich au piano.

Bonne nuit, bonjour, quelque part sans frontières…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Les animaux rigolos

Image prises sur la toile.

 

Publié dans Un peu de tout | 8 commentaires

Juliette Gréco – Chanson pour l’auvergnat

Pour le plaisir de revoir Juliette Gréco jeune chanter Brassens. Enregistré en 1956.

Publié dans Musique | 2 commentaires

Musique verte

Image | Publié le par | 2 commentaires

Arbres blancs (reprise)

arbres blancs de décembre au cœur du mois d’avril
je vous donne à jamais des poignées de soleil
pour qu’au-dessus de vous des vols d’oiseaux sauvages
se fassent une ronde en se riant du temps
en se riant des vents et des jours et des neiges

et je trouve en vos âmes des astres beaux et denses
aux plages du silence comme des enfants fous
arbres blancs de décembre au creux de rêves rouges

quelle est cette présence qui vous relie à moi
en mes mains vos racines ont laissé des voyages
vos racines en moi s’ensevelissent d’air
arbres blancs de décembre au bout de mes artères

et quelle étrange vie a fleuri vos écorces
anémones de feu aux musiques du givre
quelle brûlante étoile a éveillé vos voix
arbres blancs de décembre au creux des transparences

 

© Francine Hamelin (tiré de Terre)

Publié dans Poésie, Terre | 10 commentaires

Antonio Caldara – Aria Mentre dormi, amor fomenti

Avec la toujours magnifique voix de Philippe Jaroussky, accompagné par Concerto Köln dirigé par Emmanuelle Haïm.

Bonne nuit, bonjour, dans le voyage du temps…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Actualités (reprise)

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Robert Charlebois – Dolores

Un peu de Robert Charlebois, de l’album Robert Charlebois et Louise Forestier, paru en 1968. Album qui avait révolutionné la chanson québécoise.

 

Publié dans Musique | 5 commentaires

Duo fumant

Image | Publié le par | 4 commentaires

Périple (reprise)

comme un grand vol d’oiseaux
les musiques deviennent de longs chemins d’espace
les roses de l’hiver se givrent aux fenêtres
et cet arbre posé
comme une offrande sur la pierre profonde
me dit encore d’aller au bout de ce voyage
me dit d’aller plus loin
que les jours et les mondes
au bout des paysages et des temps hermétiques

j’ai voyagé longtemps
parmi les rêves doux et les pays multiples
je suis déracinée des villes de la nuit

le temps a incanté chaque mot chaque phrase
chaque silence aussi comme un rythme furtif

au profil de mes heures les outardes repassent
avec des cris de brume et des mystères d’ailes

j’ai voyagé sans fin en espérant atteindre
plus loin que les déserts de rien et d’eau
la fascinante transparence du songe
un univers perdu aux confins de la nuit
comme un espace humain et dense de musique

et je meurs chaque instant de ce pays qui chante
je meurs et ne sais plus ni mémoire ni mort
que ce très grand soleil au cœur des demeures d’enfance

ô mon pays possible je sais bien ta présence et ma fragilité

tout dépend de l’aurore et de sa plénitude
tout dépend du silence et de son poids de vie
tout dépend des paroles et de leur poids d’amour
tout me touche et m’atteint au seuil de ma saison

 

© Francine Hamelin (tiré de Intérieur des jours)

Publié dans Intérieur des jours, Poésie | 1 commentaire

Loreena McKennitt – Lost Souls

Merveilleuse Loreena McKennitt. Une très belle pièce de l’album Lost Souls, paru en 2018.

Bonne nuit, bonjour, sur ce petit atome de planète…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Parler avec les arbres

Il y a dans les forêts des arbres-mères qui prennent soin du vivant, qui aident les arbres en difficulté, qui partagent l’eau avec ceux qui en manquent, qui abritent des existences multiples. Les arbres communiquent sur d’immenses distances. Ils peuvent faire pleuvoir. Et puis les arbres n’ont pas besoin de s’inventer des dieux, des religions, des politiques, ils n’ont pas de préjugés, pas de dogmatisme. Ils ne mentent jamais. Ils n’éprouvent aucun besoin d’avoir raison. Ils sont nécessaires, ils sont essentiels. Ils sont…

J’ai grandi au plus près de la forêt et de ses esprits. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours parlé, vraiment parlé, avec les arbres. Et je le ferai jusqu’au bout de mes jours. Si certains me trouvent bizarre (mais n’est-on pas toujours le bizarre de quelqu’un?), c’est le dernier de mes soucis.

Je parle avec les arbres. Et je sais que ne suis pas la seule…

 

les arbres parlent
ils parlent entre eux
avec les vents et les nuages
et avec tout ce qui vit
les arbres nous parlent
et nous écoutent aussi
et nous répondent
si nous prenons la peine
de les écouter

chaque arbre a un esprit
aussi vaste que la forêt
chaque arbre nous rend
à nos plus profondes racines
là où tout est lié
dans le corps de la terre
dans la danse des atomes

alors
enfant aux yeux remplis d’étoiles
parle avec les arbres-mères
encore et toujours
dans la langue des esprits
ils sauront ton cœur au-delà des mots
que tu ne prononceras pas
ils te répondront
avec amour
sans faux-semblants
et sans condition

et tu deviendras forêt

par le chemin de l’âme

 

© Francine Hamelin (tiré de Chants d’un siècle passager)

Publié dans Chants d'un siècle passager, Poésie | 11 commentaires

Neil Diamond – Soolaimon

Chanson de l’album Tap Root Manuscript, paru en 1970, album que j’aime toujours.

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Un arbre dans l’été

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Navire

s’ouvrent les flots de la nuit
devant l’étrave de mon rêve
au-delà du sommeil
et des mortes-saisons
ce navire de mots
qui cherche un horizon d’aurore
une île infiniment lointaine
présente mais jamais atteinte

en quête de cette éternité
qui me frôle parfois
dans un instant bleu qui respire
et puis s’envole
une étincelle à peine
qui me laisse des mots
une boussole au creux du temps qui s’égare
une carte inachevée
pour naviguer encore

jusqu’au prochain poème

 

© Francine Hamelin (tiré de Chants d’un siècle passager)

Publié dans Chants d'un siècle passager, Poésie | Laisser un commentaire

Jean-Marie Leclair – Adagio

Une très belle œuvre de Jean-Marie Leclair, musicien et compositeur baroque français du 18è siècle. Interprétation par Emilie Autumn. De l’album On the Day…, paru en 2000.

Bonne nuit, bonjour, réverbère allumé, réverbère éteint, musique…

 

 

 

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Les animaux et la tendresse 3

Images prises sur la toile.

 

Publié dans Un peu de tout | 4 commentaires

Koko et Robin Williams

Une extraordinaire rencontre entre Koko, la gorille qui communiquait avec le langage des signes et Robin Williams. À l’époque, Koko venait de perdre son ami chat et était en dépression, et c’est Robin Williams qui l’en a fait sortir.

L’annonce de la mort de Robin Williams a provoqué chez elle une réaction de tristesse: repli sur soi, pleurs, manque de motivation. Koko a fait les signes Cry Lip (pleure femme). Quoiqu’en disent certains «experts», je crois que les animaux ont autant de sentiments que les humains.

Publié dans Un peu de tout | 4 commentaires

k.d. lang – Constant Craving

Une auteure-compositrice interprète que j’aime beaucoup. Elle est originaire de l’Alberta. De l’album Ingénue, paru en 1992.

 

Publié dans Musique | 3 commentaires

Allegro vivace

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Mains (reprise)

j’ai pour toi mes mains d’argile et de blé
pétries du cri des jours et du mouvement de la mer
mes mains d’anémones et du temps à l’envers
pour t’écrire
des aubes ciselées d’or et de lichens
des jours sans chaînes et sans cage
des chevaux de jade et d’émeraude
pour peupler d’enfance
chaque demeure et chaque lieu

et l’arbre a souri plus loin que l’écorce
aux neiges percées de fleurs et de fruits

j’ai pour toi mes mains qui ne prophétisent
que des astres fous et des roses bleues
j’ai pour toi des aubes déployées et douces
chavirées et tendres comme des parfums

j’ai pour toi mes mains et de longs voyages
au cœur de la pierre et d’un siècle fou

 

© Francine Hamelin (tiré de Et toutes mes enfances renaîtront…)

Publié dans Et toutes mes enfances renaîtront..., Poésie | 6 commentaires

Ólafur Arnalds – Only The Winds

Une très belle pièce de l’Islandais Ólafur Arnalds de son album For Now I Am Winter, paru en 2013.

Bonne nuit, bonjour, et que les vents vous soient favorables…

Publié dans Musique | 2 commentaires

Les animaux et la tendresse 2

Images trouvées sur la toile.

 

Publié dans Un peu de tout | 4 commentaires

Psapp – About Fun

Une chanson fort sympathique du groupe de folktronica Psapp. De l’album Tiger My Friend, paru en 2004.

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Le vol du violon

Image | Publié le par | 4 commentaires

Une vie

je n’ai pas comme un chat neuf vies
je n’en ai qu’une et je la vis
à ma façon à ma manière
car c’est ma seule et ma dernière

car c’est celle que j’ai choisie
une poussière dans l’univers
partirai à mon heure aussi
quelques atomes dans la terre

l’enfance invaincue
pour unique bagage

 

© Francine Hamelin (tiré de Chants d’un siècle passager)

Publié dans Chants d'un siècle passager, Poésie | 5 commentaires

Brahms – Von ewiger Liebe

Avec la magnifique voix de contralto de Marian Anderson, accompagnée par le Philadelphia Orchestra dirigé par Eugene Ormandy. Enregistrement de 1939.

Bonne nuit, bonjour, dans la musique au-delà du temps…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Les animaux et la tendresse

Images trouvées sur la toile.

De quoi faire fondre n’importe quel cœur…

 

Publié dans Un peu de tout | 2 commentaires

Catherine Sauvage – La poésie fout l’ camp Villon

Une chanson de Léo Ferré interprétée par la grande Catherine Sauvage. De l’album Chansons de tête.. chansons de cœur paru en 1961.

Tu te balances compagnon
Comme une tringle dans le vent
Et le maroufle que l’on pend
Se fout pas mal de tes chansons
Tu peux toujours t’emmitoufler
Pour la saison chez Gallimard
Tu sais qu’avec ou sans guitare
On finit toujours sur les quais

La poésie fout l’ camp Villon!
Y’a qu’ du néant sous du néon
Mais tes chansons même en argot
Ont quelques siècles sur le dos

Si je parle d’une ballade
À faire avec mon vieux hibou
On me demandera jusqu’où
Je pense aller en promenade
On ne sait pas dans mon quartier
Qu’une ballade en vers français
Ça se fait sur deux sous d’ papier
Et sans forcément promener

La poésie fout l’ camp Villon!
Y’a qu’ des bêtas sous du béton
Mais tes chansons même en argot
Ont quelques siècles sur le dos

En mil neuf cent cinquante et plus
De tes juges on a les petits
Ça tient d’ famille à c’ que l’on dit
Ça s’ fout un’ robe et t’ es pendu
Tu vois rien n’a tellement changé
À part le fait que tu n’es plus
Pour rimer les coups d’ pieds au cul
Que nous ne savons plus donner

La poésie fout l’ camp Villon!
Y’a qu’ du néant sous du néon
Mais tes chansons même en argot
Ont quelques siècles sur le dos

Emmène-moi dedans ta nuit
Qu’est pas frangine avec la loi
 » J’ordonne qu’après mon trépas
Ce qui est écrit soit écrit  »
Y’a des corbeaux qui traînent ici
Peut-être qu’ils n’ont plus de pain
Et je n’attendrai pas demain
Pour qu’ils aient un peu de ma vie

La poésie fout l’ camp François!
Emmène-moi emmène-moi
Nous irons boire à Montfaucon
À la santé de la chanson

Léo Ferré

 

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Les îles du matin

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Le bleu fragile

dans les méandres du monde
peut-être qu’il y aura un matin inattendu
au détour du temps
ce sera comme l’éclat d’une prairie
qui va jusqu’à la mer
comme la silhouette diaphane
d’une île à l’horizon de l’enfance

ce sera comme un chant d’herbe profonde
où je marcherai pieds nus
vers les marées de sel
au cœur d’un été souverain

peut-être qu’il y aura un instant
dans l’infini des possibles
un moment où tout est suspendu
à la lumière d’une aile
dans le bleu fragile de la solitude

peut-être qu’il y aura
au détour de la fatigue du temps
la paix d’un lieu
que je ne connais pas encore

ou peut-être
qu’il n’y aura rien

que le silence
d’un bout du monde

 

© Francine Hamelin (tiré de Chants d’un siècle passager)

Publié dans Chants d'un siècle passager, Poésie | 2 commentaires

Nicola Fago – Stabat mater: Pro peccatis suae gentis

Avec les voix de Valentina Varriale, Filippo Mineccia, Rosario Totaro, Giuseppe Naviglio. Accompagné par I Turchini dirigé par Antonio Florio.

Bonne nuit, bonjour, ailleurs ou ici, à tous les horizons de la planète…

 

Publié dans Musique | 2 commentaires

iDiots

Une animation qui en dit long sur la bêtise de la surconsommation et de l’obsolescence programmée. Réalisée par Big Lazy Robot VFX.

 

Publié dans Un peu de tout | Laisser un commentaire

Gerry Boulet (avec Marjo) – Les yeux du cœur

Un grand disparu trop tôt. De l’album Rendez-vous doux, paru en 1988, testament musical de Gerry. Paroles de Jean Hould, musique de Gerry Boulet.

 

 

Encore une nuit blanche
Passée sur les planches
À tenter la romance
Au bal des Mal-aimés
J’ai vu la solitude danser
Avec un vieux rêve oublié
Et puis, sous le coup de minuit
Ensemble, ils sont partis…

Aujourd’hui je vois la vie
Avec les yeux du cœur
J’ suis plus sensible à l’invisible
À tout ce qu’il y a à l’intérieur
Aujourd’hui je vois la vie
Avec les yeux du cœur
Les yeux du cœur

Ensemble ils sont partis
La fête a continué
J’ai vu le soleil briller
Au fond des cœurs blessés
Il y a de l’espoir caché
Dans les yeux des mal-aimés
J’ai vu le soleil briller
Et j’ai laissé mon cœur parler…

Aujourd’hui je vois la vie
Avec les yeux du cœur
J’ suis plus sensible à l’invisible
À tout ce qu’il y a à l’intérieur
Aujourd’hui je vois la vie
Avec les yeux du cœur
Les yeux du cœur

 

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Nuit de feu

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Interroger le vent

j’interroge le vent
sur le chemin des nuits
des ombres et des doutes
il emporte mes mots
vers les forêts là-bas
les racines du temps
la terre de mémoire
et l’océan qui sculpte
des chimères de pierre

je cherche le chant des premières aubes
cette lumière au-delà du sommeil
là où s’allège le poids de l’existence
jusqu’à perdre la mort
en des chemins d’azur
à la lisière des abîmes

j’interroge la nuit
de sentiers inconnus
de routes en déroute
de voyage en naufrage
en rives salvatrices

j’interroge le vent
qui efface mes traces
aux sabliers du temps
où je ne serai plus

 

© Francine Hamelin (tiré de Chants d’un siècle passager)

Publié dans Chants d'un siècle passager, Poésie | Laisser un commentaire

Händel – Chiudetevi, miei lumi

Avec la belle voix d’Andreas Scholl, accompagné par l’Akademie für Alte Musik Berlin.

Bonne nuit, bonjour, sur cette Terre dont nous dépendons…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Rions un peu plus!

Images trouvées sur la toile.

Parce que rire au moins une fois dans la journée garde en santé…

 

Publié dans Un peu de tout | 4 commentaires

Colette Renard – Ah! Vous dirai-je maman

Une chanson trop drôle de Colette Renard. De l’album Chansons très libertines, paru en 1963.

Publié dans Musique | Laisser un commentaire