Schubert – Impromptu n° 3 en si bémol majeur

Interprété par Vladimir Horowitz. Enregistré à Vienne en 1987. C’est un bonheur de l’entendre jouer et de regarder ses mains…

Bonne nuit, bonjour, la musique est le rêve et le rêve est musique…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Une autre berceuse pour éléphant

Cette femme-là est vraiment une magicienne…

Publié dans Un peu de tout | 4 commentaires

Anne Sylvestre – Ça m’fait drôle

J’aime son humour… Dans une entrevue, quand on lui a demandé: « Écrivez-vous encore? », elle a répondu: « J’écris toujours ».

Je suis pas bien, je suis morose
J’ai plus le coeur à me bouger
Je suis brouillée avec les choses
Déjà deux verres de cassés
Je ne sais plus où tout s’en va
De partout, ça me gratte
Et jusqu’au chat qui n’est plus là
Pour me tenir la patte
J’ai bien des amis, des amours
Mais s’ils étaient dans un bon jour
J’leur mettrais le moral en bas
J’peux pas leur faire ça

Quand j’serai bien, ça va m’faire drôle
Ça va toute me désorienter
De temps en temps l’idée me frôle
Que j’pourrai pas le supporter
Plus de soucis, plus de désastres
Le temps va me paraître long
Heureusement que dans les astres
Je trouverai consternation
Petit malheur deviendra grand
Pourvu qu’on en ait bien envie

Quand je dis « blanc », ça devient « rouge »
On me comprend tout de travers
Et quand ce n’est pas moi qui bouge
Tout se déglingue et c’est l’enfer
Je ne sais plus où me cacher
Je veux pas qu’on me touche
Quand on fait mine d’approcher
Sitôt je m’effarouche
Je pourrais me traîner au sol
Ou me répandre dans l’alcool
Mais ça serait l’extrémité
C’est pas distingué

Quand j’serai bien, ça va m’ faire drôle
Ça va toute me désorienter
De temps en temps l’idée me frôle
Que j’pourrai pas le supporter
Plus de sanglots, plus de menaces
Plus de remises en question
Il faudra bien que je me fasse
Ce jour-là, une déraison
Petit chagrin dure longtemps
Pourvu qu’on en ait bien envie

J’ai des vapeurs, j’ai des vertiges
Voire des étourdissements
J’ai froid jusqu’au bout des rémiges
Et j’emploie des mots étonnants !
Je ne sais plus d’où vient le vent
Je sais pourtant qu’il souffle
Et j’ai le désir obsédant
De jeter mes pantoufles
Je pourrais voir un médecin
Astrologue ou cartomancien
Mais il pourrait me rassurer
C’est bien trop risqué !

Mais je suis bien et ça m’fait drôle
Je suis toute désorientée
J’n’ai plus de poids sur les épaules
Et la boule s’est dissipée
Plus de migraines et plus d’angoisse
Qu’est-ce qui a bien pu se passer ?
J’ai beau chercher, plus une trace
De c’qui a pu me tracasser
Petit bonheur bien dérangeant
Je ne sais si j’en ai envie

Mais je suis bien et ça m’fait drôle
Ça m’fait tout drôle

Anne Sylvestre

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Don McLean – Crossroads

Une très belle chanson de Don McLean. De l’album American Pie, sorti en 1971.

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Monique Leyrac – Pendant que

Une des plus belles chanson de Gilles Vigneault interprété par la grande Monique Leyrac. Enregistré en 1966.

Pendant que les bateaux
Font l’amour et la guerre
Avec l’eau qui les broie
Pendant que les ruisseaux
Dans le secret des bois
Deviennent des rivières

Moi, moi, je t’aime
Moi, moi, je t’aime

Pendant que le soleil
Plus haut que les nuages
Fait ses nuits et ses jours
Pendant que ses pareils
Continuent des voyages
Chargés d’autant d’amours

Moi, moi, je t’aime
Moi, moi, je t’aime

Pendant que les grands vents
Imaginent des ailes
Aux coins secrets de l’air
Pendant qu’un soleil blanc
Au sable des déserts
Dessine des margelles

Moi, moi, je t’aime
Moi, moi, je t’aime

Pendant que les châteaux
En toutes nos Espagnes
Se font et ne sont plus
Pendant que des chevaux
Aux cavaliers perdus
Traversent des montagnes

Moi, moi, je t’aime
Moi, moi, je t’aime

Pendant qu’un peu de temps
Habite un peu d’espace
En forme de deux coeurs
Pendant que sous l’étang
La mémoire des fleurs
Dort sous son toit de glace

Moi, moi, je t’aime
Moi, moi, je t’aime

Gilles Vigneault

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Salomé Leclerc – Tourne encore

Une magnifique chanson de Salomé Leclerc. Chanson de résistance aussi. Si vous en avez l’occasion, allez la voir sur scène, elle a une présence extraordinaire.

J’aurai les yeux des marées bleues
et le visage du temps pluvieux
J’aurai le coeur sur un nuage
passerai ma vie en décalage
J’aurai la tête sur l’oreiller
à peine poser les plumes aux pieds
J’abandonnerai mon âme d’avant
et chercherai celle au présent

Il faudra regarder plus loin
qu’un avenir prisonnier en vain,
marqué son nom au bas des pages
laissé des traces au passage
mais si le ciel sur nous s’écroule
qu’on prenne l’image ou qu’on déboule,
J’arriverai toujours à tenir tête
même si j’en ai l’air bête

Tourne encore

Sûre de mes pas je prends le large
les idées un peu moins sages,
je marcherai sans peine sur les eaux
mettrai la nuit au tombeau,
Que je sois seule
Que je sois folle
Que je ris bien
Ou que je grogne
Il y aura toujours sur ma peau blanche
mes détours et absences.

Tourne encore

Salomé Leclerc

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Temple sous-marin

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Avec l’automne

je suis l’enfance qui marche depuis la nuit des temps
dans la symphonie bleue des esprits de la terre
et qui toujours trouve un chemin vers l’horizon de l’aurore
dans le rêve qui nous rêve   nous efface et nous recommence

je suis la louve silencieuse assise au pied du grand bouleau
je tends l’oreille à la voix rousse du vent qui danse avec l’automne
et mon âme d’oiseau s’envole dans la joie humble de ce qui naît

© Francine Hamelin (Transpercer le ciel)

Publié dans Poésie, Transpercer le ciel | 7 commentaires

Rachmaninov – Vocalise

Très belle interprétation du violoncelliste Luka Šulić, avec le Tokyo Star Orchestra Virtuoso.

Bonne nuit, bonjour, il y a toujours de la beauté quelque part…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

MissMe X Random Recipe – HEY BOY (feat. Sunny Moonshine)

Le nouveau vidéo de Random Recipe. Parue en 2018 sur l’album Distractions, Hey boy est une chanson coup de gueule traitant des oppressions vécues par les femmes. Véritable doigt d’honneur au patriarcat, les paroles mettent de l’avant le consentement sexuel et la diversité des corps. Le vidéoclip est conçu par la réalisatrice MissMe. J’ai eu l’occasion de voir Random Recipe plusieurs fois sur scène, et c’est super bon…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Louis Armstrong – When The Saints Go Marching In

De 1938.

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Grace Jones – I’ve Seen That Face Before (Libertango)

Fascinante Grace Jones… De 1981

Publié dans Musique | 2 commentaires

Melissmell – Les brebis

Une magnifique chanson de Melissmell, texte, musique, profondeur et voix, un diamant… De l’album Droit dans la gueule du loup, sorti en 2013.

À chacun son chemin, la liberté se jette
Au delta, au-delà, où l’océan reflète
On dit que tout est grand à y perdre la tête
On y goûte un instant et dedans tout s’émiette

J’ai choisi mon chemin, ma liberté, ma quête
Je ne m’en fais pas pour moi, mais les brebis m’inquiètent
Ici bas, elles se gavent de ferraille, de plastique,
D’arbres ou de betteraves et d’amours synthétiques

Devant ce grand festin, la liberté regrette
Les brebis ont vomi, l’indigestion les guette
Qu’y a-t-il donc après? Plus rien
Les brebis sont tentées par les sentiers divins

Crapahuter là-haut pendant les transhumances
Dans l’auberge, il fait chaud, elles remplissaient leur panse
De sermons asservis sans une prière et au lit sans

Sans s’inquiéter du temps, sans redouter l’errance
Le pasteur rabâchant ses conseils de prudence
Mettez-vous ça dans la tête, les brebis ne sont pas faites

Pour apprécier le large, pour apprendre à voler
Gambader dans les marges, aimer la liberté
Tôt ou tard, tout penaud, on rejoint le troupeau

À chacun son chemin, la liberté se jette
Au delta, au-delà, où l’océan reflète
On dit que tout est grand à y perdre la tête
On y goûte un instant et dedans tout s’émiette

J’ai choisi mon chemin, ma liberté, ma quête
Je ne m’en fais pas pour moi, mais les brebis m’inquiètent
Ici bas, elles se gavent du premier fanatique,
Le vent, le sourcil grave, ou le doigt prophétique

Je ne m’en fais pas pour moi, mais les brebis m’inquiètent
On les a déjà vues foncer à l’aveuglette,
Quand elles ont peur de tout, droit dans la gueule du loup

Melissmell

Publié dans Musique | 2 commentaires

Jim Corcoran et Bertrand Gosselin – La tête en gigue

Une bien belle chanson de Jim et Bertrand, sortie en 1977.

J’ai la tête en gigue et le cœur en septembre
Me voilà enfin au large
Radeau chaviré, la marée haute, perdu dans ton regard
Le temps perdu à craindre l’étreinte
Et à étreindre la moindre flamme
Frontières disparaissent par tes mains
Et mots d’amour deviennent sereins

Renouveau et découverte, j’apprivoise ta tendresse
Je m’enivre de ta douceur
J’ai la tête en gigue et le cœur en septembre
Me voilà presqu’au rivage
Le temps perdu à craindre l’étreinte
Et à étouffer la moindre chaleur
Frontières disparaissent par tes mains
Et mots d’amour deviennent si simples

J’ai la tête en gigue et le cœur en septembre
Me voilà enfin au large

Jim Corcoran

Publié dans Musique | 2 commentaires

Lieu de recueillement (Totems de l’aurore)

Aquarelle

 

Publié dans Arts visuels | 5 commentaires

Parler bleu

les oiseaux parlent bleu
aux cœurs des enfants farouches
les arbres parlent doux
et bercent les oiseaux
qui racontent le ciel
aux enfants de la terre

dans la forêt des âmes
le rêve veille encore
sur mes sentiers de louve
et fait lever partout
des tendresses de blés

© Francine Hamelin (Transpercer le ciel)

Publié dans Poésie, Transpercer le ciel | 2 commentaires

Vivaldi – Concerto pour violon en la mineur RV356

Interprété par Elizabeth Wallfisch au violon, avec Tafelmusik  dirigé par Jeanne Lamon.

Bonne nuit, bonjour, avec le génie de Vivaldi…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Georges Brassens – La non demande en mariage

N’a pas besoin de présentation…

Publié dans Musique | 2 commentaires

Georges Chelon – Tu sais

Je redécouvre ce chanteur.

Tu sais
Que de matins tremblants
N’aurons pas vu trembler,
Tu sais
Que de soleils couchants
N’aurons pas vu coucher,
Tu sais
Que de fleurs de printemps
N’aurons pas respirées,
Tu sais
Que d’étoiles filantes
N’aurons pas vu tomber.

Tu sais
Combien de rires d’enfants
Qui se seront perdus,
Tu sais
Combien de fruits brûlants
Nous seront inconnus,
Tu sais
Et combien d’amitiés
Nous aurons ignorées,
Tu sais
Combien d’amours cachées
Nous n’aurons su trouver.

Quand viendra l’heure de nous taire
Nous n’aurons pas tout vu,
Quand viendra l’heure de nous taire,
Nous n’aurons rien connu.
Non rien connu

Tu sais
Mais combien de forêts
Aurons-nous mutilées,
Tu sais
Mais combien de chaleur
Aurons-nous gaspillée,
Tu sais
Combien de gouttes d’eau
Aurons-nous pu jeter,
Alors qu’au seuil de notre porte
Une fleur se fermait.

Tu sais
Combien d’espoirs déçus
Aurons-nous fait germer,
Tu sais
Combien de larmes aussi
Aurons-nous fait couler.
Tu sais
Combien de faux-semblants
Nous aurons fait briller,
Mon Dieu combien de peu de bien
Nous pourrons nous vanter.

Georges Chelon

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Joni Mitchell – Both Sides Now

Superbe chanson de Joni Mitchell. De l’album Clouds sorti en 1969.

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Françoise Hardy / Julien Clerc – Fais-moi une place

Paroles de Françoise Hardy et musique de Julien Clerc. Version en duo, version de Françoise Hardy, sortie en 1989, et version de Julien Clerc, sortie en 1990.

Publié dans Musique | 2 commentaires

Simply Red – Holding Back The Years

De l’album Picture Book, sorti en 1986. Toujours très beau…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Terre d’oiseaux

Aquarelle

 

Publié dans Arts visuels | Laisser un commentaire

Appartenance

Au-delà de la fragilité et de l’absurdité d’un monde qui vacille, il reste un pays d’âme, où se créent des liens qui dépassent les horloges et les distances, où parlent les arbres à qui veut écouter, où se rencontrent les enfances, la poésie et le Temps du Rêve, dans l’appartenance à la Terre. Il reste encore des lucioles… 

Pour la chanson, c’est ICI.

 

j’appartiens à la terre
aux chemins infinis
aux margelles des puits
à la sève des pierres
j’appartiens aux jardins
aux routes du mystère
au partage du pain
au rêve nécessaire
je veux vivre debout
comme un arbre en prière
je veux aller au bout
de toutes les rivières
je veux être du bois
dont on fait les bateaux
ce songe qui flamboie
et glisse au fil des eaux

qu’importent les brûlures
et les mortes saisons
et ce temps dont l’usure
se grave sur mon front
car resteront intacts
loin des heures et des masques
l’enfance de ma vie
les yeux de mes amis

je veux être l’offrande
et l’émerveillement
apprendre les légendes
d’un univers vivant
lorsque la nuit s’endort
au bout de son voyage
et que tous les décors
tombent comme mirages
et si je sais la peine
d’une terre brûlée
je sais bien les fontaines
et la danse du blé
et si je suis ce cri
de l’arbre qu’on abat
je suis aussi la vie
je suis aussi la joie

qu’importent les langages
car les mots sont changeants
on ne peut mettre en cage
la vérité du vent
au bout de ma mémoire
je n’ai d’autre magie
que le chant de l’espoir
l’âme de mes amis

j’appartiens au silence
des êtres solitaires
comme à la dissidence
qui ne veut pas se taire
j’ai douleur de nos guerres
de chaque malemort
de toutes ces frontières
qui nous divisent encore
je suis de démesure
de passion  de ferveur
à jeter bas les murs
les miroirs et les peurs
pour qu’il y ait des matins
où se brisent les chaînes
qu’il y ait des lendemains
à l’aventure humaine

qu’importe l’imposture
des drapeaux de l’histoire
qu’importent les blessures
et les ombres si noires
plus loin que l’éphémère
je n’ai d’autre patrie
qu’un élan de lumière
le coeur de mes amis

j’appartiens aux rivages
autant qu’aux océans
à ces îles sauvages
où s’est figé le temps
je veux être cette aile
insoumise du vent
et cet oiseau fidèle
dans l’espace envoûtant
je suis de glèbe et d’herbes
et je fais alliance
avec la flamme immense
d’une aurore superbe
et dans cet incendie
je n’ai qu’un seul combat
c’est celui de la vie
c’est celui de la joie

qu’importent les déserts
l’illusion  les démences
les murmures amers
d’un monde d’apparences
je garde une folie
c’est celle de l’enfance
je n’ai qu’un seul pays
l’amour de mes amis

Paroles et musique: © Francine Hamelin (SOCAN) (tiré de l’album L’envers des jours)

Publié dans Textes de chansons | 2 commentaires

Tchaikovsky – Rêverie du soir, Op.19, Nº1

Interprété par Sviatoslav Richter.

Bonne nuit, bonjour, la rêverie c’est bon le matin aussi…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Les routes buissonnières

J’ai regroupé les poèmes de Les routes buissonnières, écrits en 2020.

Si vous voulez les lire ou les relire, c’est ICI.

Publié dans Les routes buissonnières, Poésie | Laisser un commentaire

Chants d’une meute de loups gris

J’adore le chant des loups…

Publié dans Un peu de tout | 4 commentaires

Dalida et Annie Cordy – The peanut vendor

La chanson The Peanut Vendor (El Manisero) a été écrite par Moisés Simons en 1928. Vidéo tourné en 1976.

Publié dans Musique | 1 commentaire

Boerte – Gobi

Musique de Mongolie, composée par Ch. Sangidorj et arrangée par Boerte, groupe de musiciens traditionnels. De l’album Wind of Dreams.

Publié dans Musique | 1 commentaire

Serge Gainsbourg – La chanson de Prévert

Un classique. Écrit par Gainsbourg en 1961.

Oh, je voudrais tant que tu te souviennes
Cette chanson était la tienne
C’était ta préférée je crois
Qu’elle est de Prévert et Kosma

Et chaque fois, les feuilles mortes
Te rappellent à mon souvenir
Jour après jour les amours mortes
N’en finissent pas de mourir

Avec d’autres bien sûr je m’abandonne
Mais leur chanson est monotone
Et peu à peu je m’indiffère
À cela il n’est rien à faire

Car chaque fois, les feuilles mortes
Te rappellent à mon souvenir
Jour après jour, les amours mortes
N’en finissent pas de mourir

Peut-on jamais savoir par où commence
Et quand finit l’indifférence
Passe l’automne, vienne l’hiver
Et que la chanson de Prévert

Cette chanson, les feuilles mortes
S’efface de mon souvenir
Et ce jour là, mes amours mortes
En auront fini de mourir
Et ce jour là, mes amours mortes
En auront fini de mourir

Serge Gainsbourg

Publié dans Musique | 1 commentaire

Sérénité

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Équinoxe

équinoxe qui vient
ma part de louve
ma part d’oiseau

ces soirs de soleil ras
et d’ombres qui s’étirent
sur le corps encore chaud de la terre

ces matins de couleurs translucides
sous les brumes douces
l’appel d’un huard

j’écoute les pierres
elles savent le rythme des étoiles
elles savent les histoires sans âge
celles-là même que ramassent
les enfants au bord des ruisseaux

équinoxe qui vient
ma voix de louve pour chanter
les lunes rousses de l’automne
mes plumes d’oiseau pour écrire
le bleu d’un rêve dans l’envol

© Francine Hamelin (Transpercer le ciel)

Publié dans Poésie, Transpercer le ciel | 4 commentaires

Fauré – Clair de lune

Interprété par Levon Arakelyan au violoncelle et Artur Avanesov au piano.

Bonne nuit, bonjour, Fauré pour le rêve…

Publié dans Musique | 2 commentaires

Francesca Solleville – Je suis ainsi

Sur des paroles de Guillevic et musique de P. Boussard. De 1972.

Je suis ainsi pas autrement
Je ne suis pas quelqu’un qui ment
Par mon silence ou mon sourire
Je dis bien ce que je veux dire
Je ne suis pas quelqu’un qui charme
Pour cacher la cause des larmes
Je ne dis pas que tout est bien
Qu’il faut accepter le destin
Je ne viens pas en pécheresse
En Pythonisse, en chasseresse
Je ne viens pas pour endormir
Ceux-là que vivre fait frémir
Je ne suis pas quelqu’un qui chante
Comme on parle à sa confidente
Je ne viens pas vous murmurer
Comme il fait bon être emmurés
Je chante ce que je crois être vrai
Et si je crie fort, c’est exprès
Je viens vous dire qu’il faut vivre
Autant, et mieux que dans les livres.

Je suis ainsi, pas autrement
Je ne suis pas quelqu’un qui ment
Par mon silence ou mon sourire
Je dis bien ce que je veux dire
Qu’il faut s’inventer du bonheur
Et l’arracher aux ricaneurs
Aux exploiteurs, aux hypocrites
Aux embaumeurs de marguerites
Qu’il faut vivre au plus haut de soi
Et faire du combat sa loi
Quand ce combat avec les hommes
C’est devenir ce que nous sommes
Je suis ainsi, pas autrement
Votre vie est mon élément
Par tendresse, par amitié
Je suis, je reste, à vos côtés
Je suis ainsi, pas autrement
Votre vie est mon élément
Par tendresse, par amitié
Je suis, je reste, à vos côtés

Guillevic

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Fred Astaire et Eleanor Powell – Jukebox Dance

Deux très grands danseurs… De toute beauté!

Publié dans Musique | 2 commentaires

Marina Vlady et Odile Versois – Uralskaya Ryabina

Marina vlady et sa soeur Odile Versois chantent ensemble une chanson du folklore russe. C’est frappant, la ressemblance entre elles…

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Éruption du Piton de la Fournaise, 29 juillet 2019

Et toujours une passion pour les volcans…

Publié dans Un peu de tout | 1 commentaire

Manau – La tribu de Dana

De l’album Panique celtique, sorti en 1998. Toujours aimé cette chanson.

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

Isabelle Mayereau – Nuages blancs

De l’album Nuages blancs, sorti en 1988.

Je vous parle en silence
Mais vous, me voyez-vous?
Je vous vois en absence
Mais vous, m’entendez-vous?
Sur les bords de vos plages
Où vous allez dormir,
Laissez-moi une page
Que je pourrai salir
Juste un bout de papier
Juste un bout de papier

Sur les grèves bleutées
De vos journées soleil,
Laissez-moi vous bercer
Vous conter mes nouvelles
Ces temps qui sont pareils
À tous vos jours d’avant
Mais avec plus de sel
Au fond de nos divans,
Juste un bout de papier
Laissez-moi s’il vous plaît

Bien reçu télégramme
De vos nuages blancs
Vous retourne mon âme
Dans du papier argent
Envoyée par express
Car il me faut faire vite
Surtout quand le temps presse
Voire quand le temps s’effrite

Isabelle Mayereau

Publié dans Musique | 2 commentaires

Bestiole aux yeux verts

Parce qu’il faut bien s’amuser…

Image | Publié le par | Laisser un commentaire