Le rêve

 

le rêve est un grand cheval bleu
qui galope dans les dunes du temps
parmi des moissons d’étoiles vives

le rêve est un voilier sauvage
parmi les nuages
d’eau éclatante et sonore
avec les célestes abîmes
comme seule bannière au bout de son mât

le rêve est un silence lunaire
où dans le velours des brumes
un arlequin égrène
une étrange et fascinante mélodie
aux cordes de sa mandoline

le rêve est un jardin sans porte
où des statues de pierre vive
contemplent l’éternel
de leurs yeux d’opale profonde

 

© Francine Hamelin (tiré de L’argile et la flamme)

Publicités
Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Songe

 

assise au bord des saisons changeantes
je rêve
les yeux ouverts
le regard libre et sans entrave

je rêve
et ne suis que le vent
ce souffle que nul n’interroge
car nul n’a vu le vent
qui transporte les voix du monde
et dont les doigts
sont d’insaisissables caresses

 

© Francine Hamelin (tiré de L’argile et la flamme)

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Bonne Année !

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

L’envers des jours

Parce qu’en ces temps chaotiques, il faut bien garder une lueur d’espoir, si ténue soit elle…

 

Avec Lauren Bélec à la guitare acoustique et au clavier et moi-même à la guitare acoustique.

 

il y a sûrement quelque chose
une lumière quelque part
il y a sûrement autre chose
que des routes de hasard

si on défait toute mémoire
si rien ne se métamorphose
y a pas d’avenir à l’histoire
l’oubli est une porte close

et dans le temps qui nous dépasse
tant de nos rêves se sclérosent
et de l’illusion qu’on pourchasse
ne reste qu’un écho morose

des soleils bercent mes hivers
bleuis à force de grands froids
il est un printemps que j’espère
et je ne sais pas s’il viendra

j’aurai marché cette existence
cherchant au long de mon parcours
tous ces beaux instants de silence
qui avivent l’envers des jours

dans le temps qui nous rend fugaces
tous nos chemins se font si courts
de carrefours en impasses
où l’on croyait trouver l’amour

mais jamais amour ne grandit
s’il nous entraîne à rebours
s’il ne déchire point la nuit
s’il est fait de trop de détours

et le reflet de nos miroirs
aux profondeurs abolies
ne saurait donner un regard
aux ombres des enfances enfuies

et dans le temps qui nous efface
à quoi servent tous nos décors
puisqu’il faut jeter bas les masques
pour enfin prendre notre essor

il y a sûrement quelque chose
une lumière quelque part
il y a sûrement autre chose
que des routes de hasard

 

Paroles et musique : © Francine Hamelin (tiré de l’album L’envers des jours)

Publié dans Musique, Textes de chansons | 2 commentaires

Joyeuse Noëlle !

Caricature de Patrick Chappatte

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Danse

 

le feu s’ouvre
fleur palpitante des gestes qui le font naître
il y avait cette femme seule dans la rue
et qui dansait
qui tournoyait
dans le soleil du plein midi
et dans ses yeux d’aigue-marine
la vie tournait
la vie dansait
la vie brûlait
à coeur ouvert
à corps perdu
seule musique du silence
pour accompagner la cadence
de ses pas
en plein midi
d’une rue morte
ou endormie

 

© Francine Hamelin (tiré de L’argile et la flamme)

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

L’autre rive

 

je vais vers ce silence océanique
surgissant des univers d’étoiles disparues
je suis la liberté terrienne en ces jours de marée
je suis la maison du délire
et l’aile de l’oiseau
je danse au creux du soleil infini
je recompose la cantate du fleuve
je vais vers les premières lumières du monde
l’autre rive de la nuit

 

© Francine Hamelin (tiré de L’argile et la flamme)

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire