Archives de catégorie : L’argile et la flamme

L’adieu

ah que le jour soit si bleu que j’en doive fermer les yeux comme en ces grands étés silencieux qui brûlaient à mon front que vienne l’évasion sauvage qui me fera voyager entre les heures et les saisons mais sans … Lire la suite

Publié dans L'argile et la flamme, Poésie | Laisser un commentaire

Durée

le jour allume des feux d’ambre et d’améthyste au jardin sauvage des herbes ô vivante alchimie d’une saison incendiée de floraisons magiques je chante la durée de l’arbre en ce siècle de l’éphémère   © Francine Hamelin (tiré de L’argile … Lire la suite

Publié dans L'argile et la flamme, Poésie | 2 commentaires

L’éternel

  sur les vitraux du temps sur le vent de midi aux pierres des ruisseaux aux margelles des puits sur les racines d’herbes les chevelures d’arbres sur l’écorce des pins j’écrirai l’éternel et le pays du cœur sur les portes … Lire la suite

Publié dans L'argile et la flamme, Poésie | 2 commentaires

Miroir

La planète est sèche, aride. Sauf peut-être en cet unique lieu où s’étend un lac immense. Mais l’eau même est inerte. Aucun mouvement ne l’agite, inutile miroir d’un ciel plus vide encore. Nul soleil dans l’infini de l’espace. Seule une … Lire la suite

Publié dans L'argile et la flamme, Photos | Laisser un commentaire

L’été du cœur

j’ai vu naître des étoiles vermeilles et des soleils de turquoise au coeur fou de l’univers fulgurantes genèses novae en volutes de feu et d’or fusion d’argile fission du temps j’ai vu la respiration du silence et les couleurs d’outre-espace … Lire la suite

Publié dans L'argile et la flamme, Poésie | Laisser un commentaire

Requiem pour un oiseau

La femme regarde passer le vent, le temps, les gens. Elle se demande où est passé le drôle d’oiseau au bec rouge qui venait se poser sur la branche d’arbre qu’encadre la fenêtre de sa chambre. Il est disparu depuis … Lire la suite

Publié dans L'argile et la flamme, Poésie | Laisser un commentaire

Architectures

  tombe le temps toutes ces heures devenues fragiles aux sabliers brisés des villes nul ne se rappellera le nom de cette saison consumée dans le brûlant sortilège de l’éternité   © Francine Hamelin  (tiré de L’argile et la flamme)

Publié dans L'argile et la flamme, Poésie | Laisser un commentaire