Les pierres

bien sûr
je suis si peu dans l’infini des mondes
fragile oh fragile comme verre
si éphémère
poussière du chemin où je pose mes pas
atome de sel dans mille océans

je durerai moins que les pierres

mais les pierres
elles
les pierres jamais ne sauront
le parfum d’une rose
celui du foin d’odeur froissé entre mes doigts
la couleur des lilas
la douceur des pommiers en fleurs
le rêve dans tes yeux comme un jardin sauvage
où je me perds encore pour mieux te retrouver

© Francine Hamelin (Cosmogonies)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Cosmogonies, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Les pierres

  1. barbarasoleil dit :

    Peut-être qu’elles le sauront puisqu’elles t’entendent…
    Magnifique
    Merci Francine
    Je t’embrasse très très fort

    Aimé par 2 personnes

  2. muguetdemai dit :

    Sensibilité…
    Il est très très beau ton poème, Francine.
    Merci!
    Bises

    Aimé par 1 personne

  3. Magnifique poème Francine 💖💙🌬

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.