Sur la tête des caribous

au solstice d’une saison fulgurante d’oiseaux
nos mains funambules
à l’équateur du rêve
trouvent des runes bleues
qui disent l’océan
arrimé au ciel sans naufrage
trouvent
des joies de pierres
à la mémoire mordorée
des soleils à foison
dans un épi de blé

et des arbres voyagent
sur la tête des caribous

en ce pays
tu sais
qui habite les roses
comme les épervières
nos mains funambules
et nos mains ouvrières

en ce pays
tu sais
d’âme et de matière
d’atomes et d’étoiles
dans l’infinie fractale
de la poésie

au solstice d’une saison fulgurante d’oiseaux
à l’équateur du cœur

© Francine Hamelin (La maison des oiseaux)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans La maison des oiseaux, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Sur la tête des caribous

  1. barbarasoleil dit :

    Si beau…Si beau ce poème…
    Merci Francine
    Je t’embrasse très fort

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.