Dans la nuit qui s’incline

dans la nuit qui s’incline
sur le rêve des arbres et des enfants
j’avance à pas de soie
à pas de louve silencieuse
dans cette alchimie d’étoiles et d’argile

s’ouvrent les chemins d’âme
comme des fleurs sauvages
enracinées dans la géologie
des saisons de poésie

nulle prophétie dans les runes des pierres
car les pierres savent bien
que nul ne peut prédire ce qui n’existe pas

il n’est que l’instant qui contient tout
au-delà des toutes les apparences
au-delà des faux-semblants
ici où le cœur ignore l’éphémère

j’avance à pas de louve et de velours
sur les sentiers des esprits
pour entendre se tisser les liens
au fil d’une invisible éternité
dans la nuit qui s’incline
pour caresser le sommeil bleu des oiseaux
et des enfances qui rêvent
dans l’or léger d’un champ de blé

© Francine Hamelin (Les routes buissonnières)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Les routes buissonnières, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Dans la nuit qui s’incline

  1. barbarasoleil dit :

    Tant de douceur….
    Bonne journée Francine

    Aimé par 1 personne

  2. PIERRE dit :

    Absolue alchimie
    que tes mots plus grands que des mots
    savent bien
    Merveilleusement beau
    Merci Francine
    je t’embrasse

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.