Archives de catégorie : Intérieur des jours

Vastitude

enfant des pays de silence tu es le sourcier des mondes de légendes au miroir buriné des étés tu es le magicien des brouillards paisibles tes yeux libres voient des saisons profondes des racines d’arbres comme de lourds colliers enfant … Lire la suite

Publié dans Intérieur des jours, Poésie | Laisser un commentaire

Langage du silence

je ne sais si le langage s’achève ou commence au bout d’un autre paysage comme une musique imperceptible entre mille paroles entraperçues si tant est que les mots survivent au bout du regard suspendu aux routes solitaires des rythmes et … Lire la suite

Publié dans Intérieur des jours, Poésie | 2 commentaires

Horizon

et j’ai ouvert mes prunelles d’eau à la mort de l’instant à la naissance de l’éternité le soleil a défait la solitude de mes mains et le givre de mes arbres songeurs je cherche l’horizon et trouve l’infini du rêve … Lire la suite

Publié dans Intérieur des jours, Poésie | 4 commentaires

Avant que les villes ne meurent

j’avance en tenant mon destin entre mes paumes j’avance au milieu des parfums ciselés de soleil au fil des moissons tressées de lumière je rallie les chemins d’argile et d’anémones pendant qu’au loin un bruit de pas s’invente un château … Lire la suite

Publié dans Intérieur des jours, Poésie | 2 commentaires

Or il y eut un pays d’eau

or il y eut un pays d’eau à chaque fenêtre du jour et des hymnes au-delà des futaies dans les ferventes équinoxes comme une aile en frisson d’ardoise en soupir d’encens or il y eut un pays d’ambre dans un … Lire la suite

Publié dans Intérieur des jours, Poésie | Laisser un commentaire

Partage

ô partageurs de rêve au-delà du sommeil vous que l’été habite et que l’espace enchanrte vous dont j’ai su le nom de par la voix des aubes je dis que j’ai posé mon front à vos épaules et que la … Lire la suite

Publié dans Intérieur des jours, Poésie | 2 commentaires

Sur les murs de la ville

j’ai marché dans la ville au détour des saisons et les chemins du temps avaient nom de silence les fenêtres pleuraient des soleils entrouverts comme des jardins fous dans leurs lourdes dentelles astres de cuivre et d’or d’une cité perdue … Lire la suite

Publié dans Intérieur des jours, Poésie | Laisser un commentaire