Ces pays de mon âme

à la porte de ces pays où mon âme vagabonde
j’ai laissé les ombres et leurs peines grises
elles n’ont pas la clé de mon rêve

et je n’ai plus de larmes
pour pleurer sur les morts ou sur les vivants
ou sur la vanité des choses

la nuit cache mille lumières

et le jour est bleu comme source

à la porte de ces pays que mon âme arpente
à mesure de feuillages et d’oiseaux
j’ai laissé la cacophonie
des désirs et des murailles

le silence est vibrant
de terre et d’océan
où dansent les esprits
où l’enfance allume
de grands brasiers de fleurs

en ces pays où mon âme voyage
avec ma poésie folle
et nue comme une pierre

© Francine Hamelin (Les routes buissonnières)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Les routes buissonnières, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Ces pays de mon âme

  1. barbarasoleil dit :

    Superbe….
    Merci Francine
    Je t’embrasse fort

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.