Mémoire

mes mains ont caressé
des peaux d’arbres et des poèmes d’oiseaux fous
des tendresses de blé et des rêves de pierres
– il y a tant de chants dans le moindre caillou –

mes mains
tu sais
mes mains se souviennent de tout

mes mains ont caressé
le tambour de la terre et le velours des eaux
des manuscrits anonymes de lichens anciens
et le parfum des fleurs que je n’ai pas cueillies

mes mains
tu sais
mes mains se souviennent de tout

mes mains ont caressé
le pays de ton visage
et j’en découvre encore mille géographies
et les sentiers doux de ton âme

mes mains
tu sais
mes mains se souviennent de tout

jusqu’au premier matin du monde
jusqu’au premier instant de nous

© Francine Hamelin (Le chemin profond)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Le chemin profond, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Mémoire

  1. barbarasoleil dit :

    Ce poème est beau comme la voix des sources
    qui d’abord se tait
    pour murmurer à qui sait entendre…
    Magnifique…

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.