Au seuil de l’automne

il y a des soleils d’eau
parmi les herbes hautes
des tendresses de mousses
sur les pierres anciennes
et l’appel d’un huard
le rire d’une mésange
un rêve de ciel mauve
au creux d’une ancolie
l’arbre qui s’écarlate
en frémissant au vent
humbles merveilles
au seuil de l’automne

matin de sentiers buissonniers
en nos folles fugues d’enfance
la poésie en bandoulière
l’arbre à poèmes pour cahier

© Francine Hamelin (Le chemin profond)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Le chemin profond, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Au seuil de l’automne

  1. barbarasoleil dit :

    Beau à donner envie d’automne dès maintenant…Et d’école buissonnière!
    Je t’embrasse

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.