Tisserandes

tu m’es venue comme un paysage inattendu
comme un perpétuel orient
aux cathédrales sauvages de mes forêts

tu m’es venue dans la limpidité du cœur
comme une vaste terre
où respirent des sources mordorées

et nos âmes se tissent
au fil d’un temps nu
et nos vies se tressent
rebelles fières et douces
avec des gestes de roseaux
sur les chemins attentifs
de toute poésie ancrée dans le silence
quand s’ouvre le rouge mystère du soleil
comme un fruit d’horizon

© Francine Hamelin (Le chemin profond)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Le chemin profond, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Tisserandes

  1. barbarasoleil dit :

    Un magnifique tressage que ce poème et on se surprend à respirer plus amplement…
    Merci Francine
    Je t’embrasse

    Aimé par 1 personne

  2. Oh, c’est superbe, Francine…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.