L’ombre douce

au soleil vertical
d’un midi ardent
l’arbre à rêves
nous donne
son ombre douce
où se réfugient les oiseaux

tu sais mon enfance sauvage
à parcourir les bois
et la montagne ronde
les esprits comme guides
et les mousses et les pierres
aux quatre directions de leurs enchantements
à écouter les voix des origines
les truites du ruisseau
le merle symphonique
les libellules amies
la terre aux chants innombrables
dans l’instant éternel
ô ma déesse poésie
où le silence prend tout son sens

et si l’arbre a grandi
et s’est orné de bien des poèmes
et si je vais plus lentement
sous l’oeil du temps qui me regarde
ta main dans la mienne
me dit le cœur intègre
et l’enfance indéracinable
de nos amours et de nos âmes
à l’ombre douce
de l’arbre à rêves

© Francine Hamelin (Le chemin profond)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Le chemin profond, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour L’ombre douce

  1. barbarasoleil dit :

    Les immortelles ne poussent qu’en sol d’intégrité et de coeur….
    Ce poème me touche beaucoup, il est très beau
    Merci
    Je t’embrasse fort Francine

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.