Un œil de ciel

qu’importe le poids de la chair et des os
et le corps qui parfois se courbe
comme un arbre sous le vent
comme la pierre sous l’usure de l’eau

toujours nos enfances sont là
avec leurs histoires d’oiseaux
avec leurs fous rires
comme ricochets
à la surface d’un lac
tout bleu comme un œil de ciel
avec leurs regards qui s’étonnent sans cesse
des plus infimes merveilles
des plus lointaines étoiles
et des plus vastes paysages

elles ouvrent en nous
les jardins intègres de l’âme
où le temps n’est jamais entré

© Francine Hamelin (La maison des oiseaux)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans La maison des oiseaux, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Un œil de ciel

  1. barbarasoleil dit :

    Quelle que soit sa couleur il est toujours clair l’œil de l’enfance
    Réfugié dans son intime lait bleu…
    J’aime beaucoup ce poème
    Merci Francine
    Je t’embrasse

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.