Au pied des caps rouges

au pied des caps rouges
s’ouvre doucement la lumière
la fleur de sel d’un ciel limpide

et l’appel des oiseaux de mer
plongeant vers tous les horizons
effleurant la rumeur douce de la marée basse

au creux d’une chevelure d’algues au parfum magnétique
au creux d’un coquillage nervuré des couleurs de l’aurore
j’ai vu la beauté indomptée
et le frémissement du corps sacré de la terre
j’ai touché une énigme
qui fait la vie plus vaste
et le temps dérisoire
et l’instant éternel

© Francine Hamelin (Transpercer le ciel)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Transpercer le ciel. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Au pied des caps rouges

  1. barbarasoleil dit :

    Un magnifique poème-poumon…
    Bonne journée Francine

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.