Les clés

tu avais les clés pour ouvrir
toutes les portes de mon âme
jusqu’à la maison des oiseaux
que j’habitais sans t’y attendre

tu n’as pas piétiné les fleurs
j’ai entendu rire les roses
tu n’as pas fait peur au renard
en traversant le champ de blé

tu connaissais la voix des pierres
qui dansent dans le cours des ruisseaux
tu as caressé le chat noir
celui que personne n’approche

l’arbre ami s’est penché vers toi
comme s’il te connaissait déjà
tu m’as tendu ton cœur d’enfant
tu as ouvert mon cœur de louve

tu as mis ta main dans la mienne
comme un oiseau y fait son nid
et moi qui ne t’attendais pas
j’ai su que je t’aimais déjà

comme au premier matin du monde
avant qu’on invente le temps

© Francine Hamelin (La maison des oiseaux)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans La maison des oiseaux, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Les clés

  1. barbarasoleil dit :

    merveille de douceur et de beauté…c’est sans doute comme cela que l’on apprivoise…

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.