Félix Leclerc – Hymne au printemps

Du grand Félix…  Toujours magnifique…

Les blés sont mûrs et la terre est mouillée,
Les grands labours dorment sous la gelée.
L’oiseau si beau, hier, s’est envolé;
La porte est close sur le jardin fané…

Comme un vieux râteau oublié
Sous la neige je vais hiverner,
Photos d’enfants qui courent dans les champs
Seront mes seules joies pour passer le temps;

Mes cabanes d’oiseaux sont vidées,
Le vent pleure dans ma cheminée
Mais dans mon coeur je m’en vais composer
L’hymne au printemps pour celle qui m’a quitté.

Quand mon amie viendra par la rivière,
Au mois de mai, après le dur hiver,
Je sortirai, bras nus, dans la lumière
Et lui dirai le salut de la terre…

Vois, les fleurs ont recommencé,
Dans l’étable crient les nouveaux-nés,
Viens voir la vieille barrière rouillée
Endimanchée de toiles d’araignée.

Les bourgeons sortent de la mort,
Papillons ont des manteaux d’or,
Près du ruisseau sont alignées les fées
Et les crapauds chantent la liberté.

Félix Leclerc

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Musique, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Félix Leclerc – Hymne au printemps

  1. barbarasoleil dit :

    Printemps embrassé tout entier…

    Aimé par 1 personne

  2. Caroline D dit :

    Où sont passés les crapauds… ?

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.