Traces

dans la glaise des jours
je trace des chemins de feuillages
jusqu’à cet ailleurs si proche
cette mer intérieure
matricielle du rêve
dans nos mains solaires
qui touchent la terre
qui touchent le ciel
et l’arbre qui unit les deux

dans l’argile des éphémérides
je creuse des sillons d’enfance
jusqu’au diamant brut du cœur
ce premier matin du monde
racine éternelle de la poésie
au creux de nos paumes
où naissent les chants
qui disent la rose
qui disent l’oiseau
et l’âme qui unit les deux

© Francine Hamelin (Cosmogonies)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Cosmogonies, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Traces

  1. barbarasoleil dit :

    Ce poème contient vraiment toute la force de la douceur…
    Très beau
    Je t’embrasse

    Aimé par 1 personne

  2. PIERRE dit :

    Je découvre cette séquence poétique à l’instant
    mer intérieur
    matricielle du rêve
    c’est très beau
    Merci Francine
    je t’embrasse

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.