De déraison

je vis de déraison
d’âme et de poésie
ô ma tendre lumière
ma si douce folie

j’ai des mots-feuilles d’arbre
pour qui veut bien les lire

et des mots invisibles
qui ne sont que pour toi
ceux que je te dirai
sans jamais les écrire
ceux que je poserai
tout au creux de ta main
légers comme la plume
d’un oiseau qui exulte
profonds comme le rire
de l’enfance éternelle
ô ma tendre lumière
ma douce déraison

© Francine Hamelin (Cosmogonies)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Cosmogonies, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour De déraison

  1. barbarasoleil dit :

    Une grande tendresse qui m’émeut beaucoup…

    Aimé par 1 personne

  2. Maux&Cris dit :

    J’aime beaucoup ce poème. Il est très subtil et plein de bonheur.
    Merci Francine.
    Amitiés,
    Régis

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.