Échoueries

quand nous aurons passé le seuil
des jardins de la nuit
aux plages du silence
où les grandes marées
laissent des échoueries de rêves sauvages

quand nos corps se seront faits voilures
sous le souffle d’une saison inaltérable
et que nous tiendrons dans nos mains
l’étoile bleue des profondeurs
et ces archipels innombrables
aux noms oniriques d’oiseaux inconnus
aux parfums d’épices et de sel

nous reviendrons porter
aux arbres de l’hiver
des gerbes de soleils sauvages
cueillis aux échoueries des nuits
des chansons pour rêver
jusqu’au prochain printemps

© Francine Hamelin (Cosmogonies)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Cosmogonies, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Échoueries

  1. barbarasoleil dit :

    Douceur de générosité…
    Très beau…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.