Ode bleue

dans l’envers du monde
en ce pays de nous
en ce pays où il n’est rien d’inutile
où il n’est d’évidence
que celle de nos terres d’âme
et de nos paysages sans balises
nos mains effleurent le ciel
y dessinent de mémoire un oiseau
qui de l’ardoise des nuages
fait une ode bleue
comme l’enfance solaire

dans l’envers du monde
où silence et parole sont intègres comme un arbre
nos âmes entrelacées aux racines du rêve
savent la poésie des choses simples
dans la fragilité de nos corps
et la force libre de nos chants

© Francine Hamelin (Saisons murmurantes)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Saisons murmurantes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Ode bleue

  1. barbarasoleil dit :

    C’est sans aucun doute l’endroit où les oiseaux exultent….
    Il est beau ton pays Francine…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.