Il y a

il y a des sillages de voiliers dans le ciel
des marées de silence bleu
des déferlantes de soleils fluides
des embruns au parfum de varech et d’épices
des îles aux écrins de turquoise
il y a la mer sur les sables de nos rêves

il y a cette saison de racines profondes
et de l’âme en partage sur une terre douce
où murmurent les arbres et les pierres
et ta main dans la mienne   mon cœur à tire d’ailes
ta main comme l’oiseau inattendu de toute poésie

© Francine Hamelin (Saisons murmurantes)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Saisons murmurantes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Il y a

  1. barbarasoleil dit :

    Peu reviennent à ces joies de ficelles et de bâtons passées par les mains de l’enfance et du rêves…
    C’est très beau…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.