Sillons

je te donne mes mains
pétries comme argile par le temps
sculptées par la pierre
veinées comme le bois
érodées aux labeurs de la matière

tu sais si bien y lire
aux sillons qui s’y creusent
tous mes chemins secrets
d’enfance buissonnière
mes routes clandestines
et mes champs d’herbes folles

je te donne mes mains
enracinées à profondeur de terre
où vont sourdre les sources
à profondeur de ciel
où elles deviennent oiseaux

je te donne mes mains
tu sais si bien y lire
toute la mémoire inscrite dans mes paumes
et mon appartenance au pays de nos âmes

mes mains
ma vie
entre les tiennes

© Francine Hamelin (Saisons murmurantes)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Saisons murmurantes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Sillons

  1. barbarasoleil dit :

    Me voici rêveuse clairvoyante dans la nuit du monde

    bercée par un frémissement de bouleau

    distinguée par amour

    et je ne m’étonne plus d’être partie demain pour arriver hier

    dans cette pierre sans larme où des centaines de matins se sont levés

    la joie est une femme aux mains urgentes

    qui se balance bien haut au ressort des arbres

    ses retours sont bouquets de flammes et de systoles

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.