Fleuve

que le fleuve de tes bras m’emporte
vers la naissance des contrées énigmatiques
au confluent des possibles
dans l’intégrité d’une parole limpide
ah mon âme dis-moi
la libre chevauchée de nos enfances sauvages
accrochées à la crinière du soleil
dis-moi aussi la terrienne lumière
la voix chaude des pierres
et l’offrande des roses
la musique secrète d’un jardin-violoncelle

le fleuve de tes bras
mon âme
vers l’océan du jour
où je te rêve encore

© Francine Hamelin (Saisons murmurantes)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Saisons murmurantes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Fleuve

  1. barbarasoleil dit :

    le confluent des possibles se laisse pousser des bras…
    Comme c’est beau…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.