Libres chemins

je pourchasse le rêve abyssal
des êtres au visage nu
et le temps me dépouille
des gestes inutiles

je sème le nom des merveilles fragiles
aux angles silencieux
d’une rose des vents
je touche la patiente ferveur
des arbres et des pierres
et ce mystère semblable
à l’immense rumeur des ailes d’aigles
à la parole claire des oiseaux familiers

sous les vitraux des soleils de minuit
et dans la neige bleue des pays perdus
je suis l’envers et l’endroit
l’union à la terre
et le détachement
dans le chant et la naissance du chant
dans l’infiniment ouvert du regard

dans la liberté de l’enfance
s’ouvrent tous les chemins de l’âme

© Francine Hamelin (Chants d’un siècle passager)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Chants d'un siècle passager, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Libres chemins

  1. barbarasoleil dit :

    Dans l’infiniment ouvert du regard il y a la poésie…
    bonne journée Francine…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.