Ocre rouge

tu me dis que le temps nous rêvera encore
en cette enfance enracinée
plus loin que les saisons de notre âge
tu me dis des mots vierges d’usure
des mots qui apprivoisent les pierres
et le cœur des oiseaux
en mes forêts de louve

tu me dis des mots d’âme
et l’intègre beauté terrienne de l’amour

et je pose ma main sur les portes de l’aube
le monde palpite comme un soleil ouvert
parmi les hautes îles d’ocre rouge

© Francine Hamelin (Transpercer le ciel)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Transpercer le ciel. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Ocre rouge

  1. barbarasoleil dit :

    La main sur la porte de l’aube, de toutes les aubes pour les habiller d’éternité…
    Merci Francine…

    Aimé par 1 personne

  2. J’aime beaucoup ce vent d’espoir qui transpire dans ce poème…!
    Très beau !!!
    Bonne fin de journée Francine

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.