Passé minuit

j’entends les pierres vivantes
et les racines du pays d’enfance
temps de jade et d’opale
saisons d’argile ou de braise
au seuil du poème

le rêve entre mes doigts
ruisselle comme une eau
comme l’océan
dans son œuvre de sel et d’écume
comme aussi le sable de la mémoire

et la nuit se fait un sang d’encre
pour écrire ces quelques mots
au bout des routes du silence

© Francine Hamelin (Chants d’un siècle passager)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Chants d'un siècle passager, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Passé minuit

  1. barbarasoleil dit :

    les heures silencieuses sont celles qui chantent le plus clair….
    Bonne journée Francine,
    Je t’embrasse

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.