Apprivoisement

j’ai tant apprivoisé la nuit
que je n’en crains pas les dédales
j’y trouve toujours un sentier
pour cheminer un peu plus loin

et j’y entends les arbres doux
qui conversent avec les étoiles
et qui lorsque arrive l’aurore
abritent mille voix d’oiseaux

j’ai tant apprivoisé la mer
que je n’en crains pas les sirènes
ni les écueils ni les naufrages
j’y trouve toujours un rivage

et j’y entends chanter les pierres
sous la caresse des marées
et les baleines de passage
à l’horizon des archipels

ma terre d’âme où se rejoignent
les forêts et les champs de blé
les esprits de la poésie
dansant sur les lignes de vie

enfances insoumises et libres
que nul ne pourra mettre en cage

© Francine Hamelin (Transpercer le ciel)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Transpercer le ciel. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Apprivoisement

  1. barbarasoleil dit :

    L’apprivoisement est un accord d’âme à âme voulu par les deux parties…C’est pour cela que c’est beau et sacré…
    Merci MVL
    Bonne journée

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.