Et toutes les rivières…

à l’envers des décors
de la vie de la mort
lorsque la nuit s’achève
est-il une autre aurore
d’où prendre mon essor
loin du temps qui s’enfièvre

tous ceux que j’ai connus
et qui sont disparus
au bout de routes brèves
tout ce que j’ai vécu
et tout ce que j’ai vu
n’est peut-être qu’un rêve

et toutes les rivières coulent vers l’inconnu

j’entends tant de prières
qui montent de la terre
pour que vienne une trêve
que de toutes nos guerres
retombe la poussière
et que la vie se lève

nos drapeaux d’illusions
ne sont que déraisons
prisons et servitudes
au bout de nos questions
comme un très grand frisson
passe la solitude

et toutes les rivières coulent vers l’inconnu

au bout des corridors
de la vie de la mort
mon âme se dénude
et le temps que j’explore
dans un grand corps à corps
le temps est finitude

et loin du bruit confus
où s’agitent éperdues
foules et multitudes
loin des malentendus
et des déconvenues
de nos incertitudes

les rivières toujours coulent vers l’inconnu

au bout de ce voyage
est-il d’autres rivages
où finit l’inquiétude
des pays de courage
où rompre l’engrenage
de notre lassitude

nos masques de raison
ne sont que dérision
quand nous quittons la scène
au bout de nos saisons
est-il des horizons
où le cœur est sans peine

et toutes les rivières coulent vers l’inconnu

derrière les miroirs
les reflets provisoires
des apparences vaines
est-il une autre histoire
sans murs sans étendards
sans douleur et sans haine

loin des routes sans but
où nous aurons couru
jusqu’à en perdre haleine
plus loin que la cohue
des désirs ambigus
qui hantent nos semaines

les rivières toujours coulent vers l’inconnu

nous sommes en sursis
dans l’immense folie
de la bêtise humaine
au bout des tragédies
est-il une magie
qui brisera nos chaînes

au cœur de nos saisons
y aura-t-il des ponts
entre nos solitudes
que dans la confusion
des vies en tourbillon
passe la plénitude

car toutes les rivières coulent vers l’inconnu

 

© Paroles et musique: Francine Hamelin (SOCAN)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Textes de chansons. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Et toutes les rivières…

  1. barbarasoleil dit :

    C’est très beau…
    Bonne journée MVL

    Aimé par 1 personne

  2. PIERRE dit :

    Je ne sais pas comme un mantra

    Merci Francine
    Je t’embrasse

    Aimé par 1 personne

  3. toutes les rivières coulent vers l’inconnu…………. Merci 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.