Garder le cap

la nuit danse au bout de mes doigts
encre d’étoiles et plume d’oie
manuscrits anciens de la pierre
où graver les runes du temps
dans l’usure des continents

des mots d’océans et de vagues
pour chercher le bleu d’un chemin
vers les havres au bout de la nuit
malgré ce monde qui divague
garder le cap à l’infini

vers l’horizon jamais atteint
naviguer au plus près du rêve
et faire escale sur une page
encre d’aurore et mots de terre
dans les cahiers de l’éphémère

des mots que me soufflent les arbres
pour que jamais je ne m’égare
dans les méandres gris des ombres
garder mon âme enracinée
garder mon enfance lucide

des mots pour traverser sans bruit
la réalité illusoire
d’un monde qui a perdu mémoire
de la présence des esprits
laisser s’effriter les miroirs

des mots d’espace au cœur d’oiseau
des chants au rythme du silence
garder le cap coûte que coûte
pour qu’aux doigts de la poésie
la nuit encore une fois danse

 

© Francine Hamelin (tiré de Le voyage inachevé)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Le voyage inachevé, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Garder le cap

  1. barbarasoleil dit :

    Très beau…
    Bonne journée Francine

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.