Un oiseau qui passe

Texte mis en musique et chanté par Alexis Loranger sur l’album 33 tours.

 

je ne te dirai pas que les heures s’effritent
aux dents dures du froid  aux mains glacées du givre
je te dirai plutôt que les forêts de cuivre
aux veines de leur corps attendent de renaître

je ne te dirai pas que le vent s’effiloche
aux barbelés des pins au refuge des cèdres
je te dirai plutôt l’incendie des feuillages
un grand feu de nuages embrasant le silence

je ne te dirai pas que ce siècle me hante
et que notre destin est de sable et d’argile
je te dirai plutôt qu’au profond de nos songes
tout se rejoint encore qui semble séparé

je ne te dirai pas que le temps s’enténèbre
en ce pays perdu d’une arrière- saison
je te dirai plutôt qu’au soleil de nos rêves
tant que nous y croirons la vie aura raison

il suffit qu’un rien nous désarme
il suffit que le jour soit doux
il suffit d’un oiseau qui passe
pour que la mort ait le dessous

 

© Paroles: Francine Hamelin, musique: Alexis Loranger (SOCAN)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Textes de chansons. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Un oiseau qui passe

  1. barbarasoleil dit :

    Très beau…
    Bonne journée Francine…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.