Les roses (reprise)

j’abolis les distances avec des oiseaux fous

souviens-toi
souviens-toi des premières neiges sur le jardin
tout se taisait peu à peu
et je croyais en mourir parfois au creux du temps
-était-de de feu ou de silence-
en étrange contrée soudain immobile
comme un siècle attentif
penché sur la douceur du givre

les roses s’éteignaient
flambeaux entre les herbes blanches

j’abolis les distances
ô ces oiseaux couleur de notre sang
en étrange pays de feuillages tombés

reste-t-il de la mer
autre chose qu’une vague de vent
reste-t-il de la mort
autre chose que ces arbres dans leur sommeil
ces murmures aveugles de l’agonie

et je croyais en périr parfois
dans la paix de la terre

j’abolis les distances
tu habites ma solitude
ô mon pays vivant

te souviens-tu des roses

 

© Francine Hamelin (tiré de Et toutes mes enfances renaîtront…)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Et toutes mes enfances renaîtront..., Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Les roses (reprise)

  1. barbarasoleil dit :

    Je t’embrasse Francine…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.