Or il y eut un pays d’eau (reprise)

or il y eut un pays d’eau à chaque fenêtre du jour
et des hymnes au-delà des futaies
dans les ferventes équinoxes
comme une aile en frisson d’ardoise
en soupir d’encens

or il y eut un pays d’ambre
dans un grand feu de braises fabuleuses
plus loin que les miroirs des glaciers errants

j’avais pleuré une rose des vents
sous mes paupières bleues

les arbres s’apprivoisaient au-delà des soleils
c’était un temps de sources
multipliées d’astres

or il y eut un pays de haute mer
comme une cathédrale vive
dans les salines du silence

 

© Francine Hamelin  (tiré de Intérieur des jours)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Les heures de sable, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.