Érosion

le temps érode le paysage
laisse accrochés aux forêts de la nuit
des lambeaux d’histoires à jamais inachevées
des poussières d’existences oubliées
des rythmes anciens comme les pierres

le temps érode nos corps éphémères
qui s’inclinent sous le poids et les pas
des saisons de voyage
où le cœur se défait de l’inutile
pour retourner à l’origine du silence

comme un oiseau à la fin de son chant

 

© Francine Hamelin (tiré de Chants d’un siècle passager)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Chants d'un siècle passager, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Érosion

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.