L’aube oscille

entre le blanc et le gris
l’aube oscille
à la fenêtre ivre de givre

fleurs de glace
et vent debout
sur la cime des forêts

éclat de lumière
perçant les nuées
pour un instant
ce ciel ouvert
comme un jardin soudain
aperçu du coin de l’œil
brève fulgurance

entre le blanc et le gris
ailes de couleurs se posant
dans les arbres nus
un chant transmis
aux veines de la terre

j’écoute
la musique irisée des racines du jour

et j’en oublie que l’hiver s’étire
au flanc de la montagne
entre le blanc et le gris

 

© Francine Hamelin (tiré de Chants d’un siècle passager)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Chants d'un siècle passager, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.