Navire

s’ouvrent les flots de la nuit
devant l’étrave de mon rêve
au-delà du sommeil
et des mortes-saisons
ce navire de mots
qui cherche un horizon d’aurore
une île infiniment lointaine
présente mais jamais atteinte

en quête de cette éternité
qui me frôle parfois
dans un instant bleu qui respire
et puis s’envole
une étincelle à peine
qui me laisse des mots
une boussole au creux du temps qui s’égare
une carte inachevée
pour naviguer encore

jusqu’au prochain poème

 

© Francine Hamelin (tiré de Chants d’un siècle passager)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Chants d'un siècle passager, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.