Soupir

dans sa fulgurance un oiseau
a ouvert une trouée de musique
dans le ciel crépusculaire
un chemin d’étincelles
dans la nudité du froid

ce moment entre chien et loup
entre rien et tout
entre la rive et le grand large
cette presque nuit
avant les moissons de pénombre
où récolter quelques étoiles trop fragiles

et poser quelques mots
sur les pages de mes doutes
avant que ne m’emporte
le dernier soupir
d’un silence

 

© Francine Hamelin (tiré de Chants d’un siècle passager)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Chants d'un siècle passager, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.