Patiemment…

Je dédie ce poème à ma grand-mère.

 

j’attendrai que revienne
la clémence des aubes
après les longues neiges
les vagues des congères
que le vent abandonne
parfois dans son sillage

tu m’aurais dit
patience
le temps fait ce qu’il veut
on fait ce que l’on peut
le temps tisse et détisse
nos vies et nos saisons

tu aurais pris ma main
y aurais déposé
des soleils et des rires
et des routes sereines
j’aurais lu dans tes yeux
délavés par les ans
la bonté de la terre
la douceur de ton âme

tu aurais pris ma main
nous aurions cheminé
dans les forêts loquaces
qui racontent le monde
et ses légendes vertes

et mon enfance folle
marche encore dans tes pas

alors
patiemment
en écoutant ta voix
j’attendrai que revienne
la clémence des aubes
dans les jardins du temps

 

© Francine Hamelin (tiré de Chants d’un siècle passager)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Chants d'un siècle passager, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Patiemment…

  1. barbarasoleil dit :

    J’aime beaucoup
    Je vous y ai vue

    Aimé par 1 personne

  2. Oui, j’ai eu cette chance d’avoir deux belles «sorcières» dans ma vie. Elles m’ont sûrement transmis aussi de ce sentiment maternel puisque je suis «grand-mère d’adoption» pour les enfants d’amis!
    🌹💖

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.