Entre-saison (reprise)

sur l’épais tapis de nos paroles mortes
sur le fragile sol de nos espoirs déçus
nous dormirons un jour l’un à l’autre semblables
quand passera l’hiver en ne laissant que marbre

sous le sommeil immense des neiges éternelles
nous nous endormirons pareils aux sèves vertes
qui arrêtent leur vie d’automne à printemps

pour bien nous protéger de la brise frileuse
nous nous inventerons un habit de soleil
nous nous endormirons par un jour de novembre
pour échapper aux villes   aux arbres de ferraille

et si par hasard nous nous éveillons
nous n’en accuserons que la douceur du temps

 

© Francine Hamelin (tiré de Et toutes mes enfances renaîtront…)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Et toutes mes enfances renaîtront..., Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.