Mouvance

passé les pays illusoires de l’ombre
loin des navires enlisés aux vagues des déserts
et des escales pétrifiées
dans les strates immémoriales des existences

j’avance sur les chemins nus
d’un temps sans histoire
et sans lendemain
dans la vague infinie et mouvante
qui porte toute chose
et emporte tous les repères

dans la musique sans balises de l’oiseau
l’esprit libre de l’enfance et des pierres vivantes
dans l’âme de l’envol

 

© Francine Hamelin (tiré de Chants d’un siècle passager)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Chants d'un siècle passager, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Mouvance

  1. J’aime cette idée d’avancer sur des chemins nus, on se dit que tout est à construire encore dans une vie qui est pourtant largement derrière soi…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.