Froidure

le solstice est passé sur la forêt du temps
la lumière patiemment grignote un bout de nuit
mais l’hiver est si long que parfois me submergent
la froidure mordante et les matins de givre

me manquent la douceur du soleil sur mon front
le murmure des ruisseaux   le parfum des lilas
et la liberté bleue de ce ciel où voyagent
des ailes qui enchantent l’espace de mon âme

mais l’hiver est si long que j’ai perdu la trace
des sentiers familiers et des pierres amies
mon esprit vagabonde loin des vagues figées
d’un paysage en deuil des mouvantes couleurs

le solstice est passé sur la forêt du temps

 

© Francine Hamelin (tiré de Chants d’un siècle passager)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Chants d'un siècle passager, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Froidure

  1. Très belle poésie ; touchante nostalgie :

     » me manquent la douceur du soleil sur mon front
    le murmure des ruisseaux le parfum des lilas
    et la liberté bleue de ce ciel où voyagent
    des ailes qui enchantent l’espace de mon âme.  »

    Amitiés
    Manouchka

    Aimé par 1 personne

  2. Merci, Manouchka. L’hiver n’est vraiment pas ma saison!… 🐾🌻

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.