Loin des Amériques amères

loin des Amériques amères
l’hiver s’est déposé au jardin des fenêtres
a brodé un oiseau de fougère blanche
un oiseau-lyre translucide et fou
parmi les arabesques chatoyantes
d’une fragile forêt de dentelle givrée
dans le scintillement opalin du matin

loin des Amériques amères
j’ai vu le temps se ciseler
au miroir glacé des étangs
et fondre lentement
au reflet fluide
du grand jour

 

© Francine Hamelin (tiré de La femme envolée et autres poèmes du feu et de la soif)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans La femme envolée et autres poèmes du feu et de la soif, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.