Gabrielle Segal – La crue

Je me permets de poser ici ce magnifique texte de Gabrielle Segal dont la poésie m’est devenue nécessaire…

Pour l’article original, c’est ici

 

Cette nuit terminable
Il faut qu’elle se prolonge
Qu’elle soit digue qui retient
La crue de la mémoire
Jusqu’à la fin des temps
Que le temps soit donné
À l’arbre où l’on grimpait
De croître dans le désert
Qu’on rêvait d’arpenter
Qu’elle soit digue qui retient
Jusqu’au prochain jour
– Qui ne viendra pas
Car on dort –
Les souffles échappés
De lèvres entrouvertes
Cette nuit
Qu’elle dispose
Entre nos bras serrés
Ce que l’on a aimé
Ce que l’on aime encore
Et on irait mourir
Sans avoir cédé
Sous le poids et les pertes
Seulement quand le corps
Serait devenu planète

Gabrielle Segal

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Gabrielle Segal – La crue

  1. C’est vrai qu’il est beau, ce texte…

    Aimé par 1 personne

  2. Je vous remercie Francine, de cette attention. De vous faire passeuse, D’avoir ce pouvoir de faire traverser l’Atlantique à la poésie.
    Je suis très touchée par votre geste.

    Aimé par 2 personnes

  3. #Mygiab❤ dit :

    En effet ce texte est magnifique ✨

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.