Joyeusement

passagère parfois involontaire
d’un siècle à la dérive
témoin de la Terre et du rêve
d’îles en îles
mon corps comme les arbres
trouve toujours des racines
mais mon âme n’a jamais su
jeter l’ancre
elle veut pouvoir vagabonder
sur les vagues et les vents
dans les atomes   dans les étoiles
respirer le parfum de l’herbe
et le sel sur les ailes des albatros
oui
être une aile dans les couleurs des nébuleuses
être un grain de sable qui voyage de dune en dune
rêver avec les oiseaux   les enfants

malgré ce siècle à la dérive
malgré les tourments de ce monde

et puis partir dans un dernier souffle de vent
joyeusement

 

© Francine Hamelin (tiré de Chants d’un siècle passager)

 

 

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Chants d'un siècle passager, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.