Sans balises

passent ces nuits en chevelures de nuages
et d’étoiles et de neiges éparses
la Terre berce de son chant
le sommeil des enfants
et le rêve des âmes nomades

passent ces nuits à l’envers du temps
dans un voyage sans balises
où la vie est comme rivière
retournant à sa source

je creuse les strates de la mémoire intemporelle
pour entendre les secrets des pierres
et des vents et des migrations d’outardes

il y a des moments d’éternité

là dans l’azur de l’envol

 

© Francine Hamelin (tiré de Chants d’un siècle passager)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Chants d'un siècle passager, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.