Le passant

au coeur des jours
puits d’ombres et de lumières
j’avais ouvert mes mains
étaient venus s’y poser le vent
et la question du silence

ce matin-là
il avait neigé
et je n’attendais pas

je n’attendais rien ce matin-là
un oiseau rêvait au bord des couleurs

au seuil de ma maison
un enfant s’est arrêté
m’a regardée
de ses yeux de soleil
a fait un geste de la main
comme pour offrir
le temps qui passe
et la réponse du silence
au coeur des jours
sources d’oiseau
et de patience

 

© Francine Hamelin (tiré de Comme aux jours de lumière)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Comme aux jours de lumière, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.