Grisaille

temps de grisaille
où je fais mon deuil des doux jours de lumière
et les forêts dénudées
sous le fouet de la pluie
révèlent les rochers en dormance
et la noire mélopée des épinettes

la froidure déjà a repris son royaume
se font rares les chants des oiseaux familiers
et mes rêves s’entêtent pourtant
à dépasser les ombres

et je bois à la source frémissante du vent
le vin vert d’une saison qui reviendra
après la blancheur fulgurante
des trop longues neiges

 

© Francine Hamelin  (tiré de Terre)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Terre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.