Mémoire des vents

je ne suis qu’un rêve d’atome
dans la mémoire des vents
qui érodent les derniers remparts
d’une réalité factice
que l’on nomme existence

je frôle la beauté
des humbles merveilles
qui peuplent les yeux des oiseaux
et les ailes du vertige
m’emportent comme une vague d’étoiles
dans l’océan du cœur

le silence est un chant
qui ne dit pas son nom
mais peuple toute chose

 

© Francine Hamelin (tiré de Terre)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Terre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Mémoire des vents

  1. Très beau Francine…

     » Je frôle la beauté des humbles merveilles qui peuplent les yeux des oiseaux.  »

    J’aime ce regard lucide pourtant chargé de beautés….

    Bonne journée
    Amitiés

    J'aime

  2. Merci Manouchka!
    Bonne journée à toi aussi.
    😊🐾

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.