Premières lueurs

les matins peinent à sortir de la nuit
les ombres s’étirent
dans le silence
du rêve et des chemins d’enfance
chemins de tous les possibles

là où je respire le sel des marées
là où je parcours les sables des déserts
là où je deviens le vol de l’aigle
et la forme infiniment changeante
des nuages éphémères
et des aurores boréales

là où le temps n’existe pas encore

loin des engrenages d’un univers impitoyable
et des réalités-miroirs
où se contemple la bêtise

les ombres s’effacent
je veille
dans les premières lueurs du jour
poésie de tous les possibles
poésie de tous les improbables

 

© Francine Hamelin  (tiré de Terre)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Terre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.