Le vent du soir

(refrain)
adieu mon île   mon escale   mon refuge
adieu donc il se fait tard
des collines déjà descend le vent du soir
des lampes aux fenêtres allument leurs yeux d’or

et devant moi la route
parsemée d’étincelles
attire encore mes pas
vers de lieux de mystère
vers d’étranges pays
entre mer et désert
des terres inconnues
cachées en ma mémoire

(refrain)

et je voyagerai
au chemin des étoiles
et j’y déchiffrerai
l’instant déjà passé
et j’y lirai peut-être
un peu d’éternité
malgré ce temps qui va
éphémère et fragile

(refrain)

et dans le cœur de feu
des pierres et du silence
dans les mille soleils
des atomes qui dansent
peut-être trouverai-je
un songe inachevé
pour traverser la vie
un rêve d’infini

adieu mon île   mon escale   mon refuge
adieu donc il se fait tard
des collines déjà descend le vent du départ
voici venir la nuit et ses lumières d’or

 

© Francine Hamelin  (SOCAN)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Textes de chansons. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.